C’était il n’y a pas si longtemps : au mois de mars exactement. La presse annonçait qu’un vaste réseau d’espionnage israélien avait été démantelé aux Etats-Unis en 2001. Il aurait regroupé plus d’une centaine de prétendus jeunes étudiants en Beaux-Arts, en réalité des agents, liés à des sociétés travaillant dans le secteur des technologies de pointe. Le FBI avait interpellé discrètement ces faux étudiants et la plupart d’entre eux avaient été expulsés. Seule une douzaine demeureraient emprisonnés aux Etats-Unis. J’emploie à dessein le conditionnel car le FBI n’a ni infirmé ni confirmé cette information révélée par un enquêteur d’une chaîne de télévision américaine, Fox News. Et naturellement, les autorités israéliennes ont nié avec la plus grande énergie. Il faut toutefois souligner que cette chaîne de télévision est jugée généralement très proche de la droite conservatrice et donc de l’équipe Bush. Par conséquent, il se peut que Was-hington ait approuvé ou encouragé cette révélation embarrassante pour Israël. Mais il y a encore plus intéressant : l’interpellation de ces agents israéliens – j’emploie encore le conditionnel – aurait eu lieu au cours de l’été 2001. Donc avant les événements du 11 septembre. Mais certains des agents du réseau israélien auraient fréquenté des lieux ou résidaient les membres présumés d’Al Q’aida qui allaient dérouter les avions du 11 septembre… S’agit-il seulement d’une coïncidence ? Et si ça n’en est pas une, que faisaient les espion israéliens ? Surveillaient-ils les futurs terroristes ? Et dans ce cas, possédaient-ils des informa-tions sur la préparation des attentats ? Mais si c’est vrai, pourquoi Israël, dont on dit parfois en plaisantant qu’il est le 51° Etat des Etats-Unis, n’aurait pas averti son meilleur allié ? Autant de questions troublantes qui relancent la question très épineuse et très sensible de l’espionnage israélien en Amérique. Car il y a des précédents qui ont fait grand bruit. L’affaire Pollard, par exemple, qui a été présentée en 1985 par le secrétaire à la Défense américain, Caspar Weinberger, comme l’une des plus graves histoires d’espionnage que les Etats-Unis aient connues ! C’est pourquoi, à l’occasion de la récente découverte de cet éventuel nouveau réseau, j’ai demandé à Monsieur X de nous éclairer.

programmation musicale

MC SOLAAR

11ème commandement label: Polydorparution: 1997### SNOOZE

Brazilian hat trick label: Crammedparution: 2001### herbie HANCOCK & CHAKA KHAN

The essence label: Columbiaparution: 2001

L'équipe

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.