Youri Nossenko
Youri Nossenko © inconnu / inconnu

Il s’agit sans doute de l’aspect le plus délicat en matière d’espionnage : jusqu’où peut-on faire confiance à un transfuge ? Comment estimer sa sincérité ? Comment éviter de se faire intoxiquer ? Ces questions, les spécialistes du contre-espionnage de tous les services de renseignement se les ont posées en permanence et surtout bien sûr tout au long de la période de la Guerre froide… Et comment réagir lorsque l’un de ces défecteurs vous annonce : la meilleure preuve de ma loyauté, c’est que mon ancien service va vous envoyer un faux transfuge à seule fin de mettre en doute ma crédibilité !

Et c’est effectivement ce qu’il s’est passé aux états-Unis dans les années 60 :Anatoli Golitsine , officier du KGB passé à l’Ouest et choyé par le patron du contre-espionnage de la CIA, James Angleton , prévient ainsi ses nouveaux employeurs : Moscou ne manquera pas de vous mettre dans les pattes un autre transfuge qui aura pour mission de me discréditer… Et c’est ce qui est arrivé en 1964 lorsque Iouri Nossenko, autre officier du KGB et déjà en contact avec la CIA, a annoncé son intention de passer de l’autre côté du Rideau de fer. Mais au lieu de choisir la liberté comme on disait à l’époque, c’est un véritable cauchemar qui l’attendait…

A lire :CIA-KGB, le dernier combat paru chez Albin Michel en 2004. Un livre qui se lit comme un polar de la fin de la guerre froide. Racontée par Milton Bearden, ex- super espion de la CIA passé par Berlin, Moscou et Kaboul. Son témoignage a été recueilli par James Risen, journaliste au New York Times dont en reparlera bientôt dans RDV avec X.

Et aussi : Atlas du renseignement, géopolitique du pouvoir , qui vient de paraître aux Presses de Science Po, de Sébastien-Yves Laurent. Le chercheur aborde le sujet de façon inédite et très pédagogique en proposant une cartographie du renseignement mondial

Atlas du renseignement. Géopolitique du pouvoir
Atlas du renseignement. Géopolitique du pouvoir © Radio France / radio france
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.