Ce n’est peut-être pas le plus grand scandale qu’ait connu les Etats-Unis. Mais c’est le plus spectaculaire. Car, en 1974, il a contraint un président à démissionner. Et si Richard Nixon ne l’avait pas fait, pour la deuxième fois dans l’Histoire américaine, le Congrès aurait démis un président de ses fonctions… Pourtant, un an et demi plus tôt, Nixon avait été réélu triomphalement et il avait accumulé les succès diplomatiques et politiques, en conduisant en particulier son pays sur la voie de la paix au Viêt-Nam. Après avoir écrasé Hanoï sous les bombes, quand même. L’homme le plus puissant du monde mettait donc les pouces. Et pourquoi ? A cause d’une malheureuse tentative de cambriolage politique dans l’immeuble du Watergate. Nixon le républicain avait voulu percer les secrets de campagne de son adversaire démocrate. Alors même que tous les sondages lui prédisaient une réélection sans difficultés. En France, notons-le en passant, une affaire très semblable, la pose de micros par la DST dans les locaux du Canard Enchaîné, n’aura aucune conséquence politique. Autre pays, autres mœurs ! Et André Fontaine pouvait écrire ces quelques lignes dans Le Monde : "On ne le savait plus , on ne voulait plus le croire. Mais il y a encore au moins une nation sur cette terre où la loi est décidément est plus forte que les hommes où, à peine nommés par un président, des juges sont capables de lancer des réquisitions contre lui, où un parti peut préférer le manifestation de la justice au maintien d'un des siens au pouvoir." Il y a quelques semaines, Monsieur X, expliquant la faillite de la CIA qui n’a pas su prévenir les attentats du 11 septembre, était remonté jusqu’à ces années 70 où l’Agence américaine avait été violemment secouée par une série de scandales… Et il m’avait dit, en me promettant d’y revenir, que tout avait commencé avec la révélation de l’affaire du Watergate. Cette semaine, il a donc tenu parole. Et pour lui, les enjeux dans cette histoire dépassaient de très loin le simple espionnage politique.

programmation musicale

John Lennon

Gimme some truth label: Parlophone### Noir Désir

A l'envers, à l'endroit label: Barclayparution: 2001### Yvinek/John Williams

Indivisible soundtrack label: Hollywood Records

L'équipe

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.