Site commémoratif aux victimes de l'attentat contre l'AMIA à Buenos Aires
Site commémoratif aux victimes de l'attentat contre l'AMIA à Buenos Aires © Nbelohlavek / Nbelohlavek

« Je suis Nisman ! » Comme les millions de Français qui ont défilé en proclamant « Je suis Charlie », des centaines de milliers d’Argentins sont récemment descendus dans les rues deBuenos Aires en scandant « Je suis Nisman ! ». Alberto Nisman, un procureur, retrouvé mort chez lui, alors qu’il devait le lendemain rendre public son rapport d’enquête sur une affaire dramatique qui empoisonne la vie politique argentine depuis une vingtaine d’années : l’attentat antisémite le plus sanglant de toute l’histoire de l’Argentine, 84 morts et 300 blessés en juillet 1994 ! Un attentat qui avait été précédé par une autre action terroriste contre l’ambassade d’Israël au cours de laquelle, en mars 1992, 28 personnes avaient péri.

Dans ces conditions, la mort de Nisman a donc provoqué un véritable traumatisme en Argentine. D’autant que les circonstances de son décès ne sont toujours pas éclaircies : si, de façon hâtive, les autorités du pays ont évoqué un suicide, cette thèse a été non moins rapidement battue en brèche et la mort mystérieuse du procureur est même devenue une affaire d’état. Qui avait intérêt à étouffer son enquête ? Et si Nisman a été assassiné, qui a commandité ce meurtre ? La présidente Kirchner, elle-même, ne doit-elle pas être soupçonnée ? Bref, nombreux sont les Argentins qui dénoncent un vrai scandale politique. Un scandale qui fait remonter à la surface les heures les plus sombres de l’histoire du pays.

Pour aller + loin :

  • Le captivant polar du britannique Philip Kerr, « Une douce flamme » : où l'on retrouve son fameux détective, Bernie Gunther - l'ancien de la Kripo dans le Berlin des années 30 - parti enquêter au début des années 50 dans l'Argentine du général Péron, le refuge des nazis exilés. Aux Editions du Masque/ JC Lattès, 2010.

  • A lire aussi les Mémoires du journaliste Eric Rouleau , grand connaisseur du monde arabe, qui nous a quittés récemment. Jeune juif égyptien, il est expulsé de son pays en 1951. Il est d’abord recruté par l’AFP puis le Monde où il couvrira tous les grands événements de la région comme la nationalisation du canal de Suez par Nasser en 1956… Un passionnant voyage « Dans les coulisses du Proche-Orient », c’est le titre de l’ouvrage, et c’est paru chez Fayard en 2012

Manifestation à Buenos Aires, 21 janvier 2015
Manifestation à Buenos Aires, 21 janvier 2015 © Jaluj / Jaluj

Les références

L'équipe

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.