Oleg Penkovsky à son procès en URSS en 1963
Oleg Penkovsky à son procès en URSS en 1963 © capture d'écran documentaire de CNN : Cold War Spies (1998)

C’était donc il y a un demi-siècle : la crise des missiles de Cuba . Dix jours qui ont fait trembler le monde, même si le grand public n’a pas toujours compris qu’il venait de passer tout près de la Troisième Guerre mondiale ! Et par conséquent de l’apocalypse nucléaire.

La semaine passée, Monsieur X est revenu sur ces événements qui ont vu le spectaculaire affrontement des deux Supergrands, incarnés par John Fitzgerald Kennedy et Nikita Khrouchtchev. Il a raconté comment, alors que la crise atteignait son paroxysme, la tension a soudain baissé : le numéro un soviétique a accepté de retirer les missiles à tête nucléaire qu’il avait installés à Cuba et le président américain a mis fin au blocus naval de l’île , promis de ne pas attaquer l’île et aussi, même si cette clause est restée secrète, de démanteler les fusées positionnées à la frontière turque.

Cependant, nous a dit mon interlocuteur dans son dernier entretien, bien des aspects de cette crise sont restés mystérieux. à commencer par le rôle qu’y a joué l’un des plus grands espions du XX° siècle, Oleg Penkovski ! Une taupe des Occidentaux dissimulée au cœur de la citadelle soviétique, un homme que certains aujourd’hui n’hésitent pas à considérer comme un héros.

Les liens

"Affaires étrangères", le blog de Vincent Jauvert "Crise de Cuba : le jour le plus dangereux de l'Histoire", 22 octobre 2012

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.