The Harry S Truman Building in Washington DC. Headquarters of the US Department of State
The Harry S Truman Building in Washington DC. Headquarters of the US Department of State © Loren / Loren

La taupe était démasquée. Mais rien ne permettait de l’incriminer… Aucune preuve, aucun témoignage fiable ! Alors, dans ces conditions, que faire ?

La question s’est posée aux services secrets états-uniens au milieu de l’année 1989 … L’affaire était pourtant sérieuse, très sérieuse même selon les déclarations du président de l’époque, George Bush senior. C’était en effet la première fois depuis presque un demi-siècle qu’un diplomate de très haut rang trahissait son pays.

Robert Philip Hanssen; ancien agent du FBI - taupe soviétique arrêté en février 2001
Robert Philip Hanssen; ancien agent du FBI - taupe soviétique arrêté en février 2001 © Domaine Public / FBI
Il en a résulté un spectacle assez étonnant. La taupe, un certain **Felix Stephen Bloch** , a fait l’objet d’une surveillance de tous les instants. Des équipes du **FBI** l’ont suivi à la trace… Mais aussi des journalistes armés de caméras et de micros qui l’ont traqué en permanence, campant devant son domicile ou accompagnant chacun de ses déplacements… Et comme si ça ne suffisait pas, on a même identifié une équipe du KGB qui, elle aussi, s’attachait à ses pas… Tant et si bien que Bloch a acquis une sorte de célébrité et que dans la rue des passants s’arrêtaient pour saluer ironiquement « Monsieur l’espion » ! Le casse-tête du FBI s’est prolongé pendant des mois. Mais en 1990, il a bien fallu en finir puisque le suspect ne flanchait pas et que ces filatures se révélaient inutiles : **Bloch a été contraint de démissionner de son poste au Département d’Etat** au prétexte qu’il représentait un risque pour la sécurité nationale. Mais il n’a pas été poursuivi. Que cachait donc cette étrange affaire ? Monsieur X en dévoile dessous et péripéties… Et l’on rencontrera à l’occasion **une autre taupe de première importance** qui n’a été convaincue de trahison qu’à l’aube du troisième millénaire…
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.