Manifestation de Kurdes à Paris le 26 janvier 2013 pour dénoncer l'assassinat des trois militantes
Manifestation de Kurdes à Paris le 26 janvier 2013 pour dénoncer l'assassinat des trois militantes © Chris Sang-hwan Jung / Chris Sang-hwan Jung

Tout l’accuse : Omer Güney, un Turc d’une trentaine d’années… Des preuves matérielles accablantes le désignent comme l’assassin des trois militantes kurdes tuées il y a un an en plein Paris. Trois exécutions par arme à feu dans un petit appartement qui servait de local officieux à l’organisation indépendantiste kurde, le PKK … Mais si la culpabilité de Güney semble ne pas faire de doutes, il reste à découvrir qui a armé son bras… Et pourquoi ces trois femmes ont été assassinées.

Monsieur X ouvre ce dossier délicat… D’autant plus délicat que la Turquie, perpétuelle candidate à l’entrée dans l’Union européenne, traverse en ce moment une période périlleuse. Le gouvernement islamo-conservateur de Recep Erdogan, menacé par de graves accusations de corruption et la révolte latente de sa jeunesse, accentue sa dérive autoritariste et doit faire face à une nouvelle contestation issue de son propre camp, animée par la puissante confrérie Gülen. Une organisation religieuse qui a peu à peu infiltré la police et la justice.

Enfin, bien sûr, le pouvoir turc est toujours confronté à la question kurde et oscille entre fermeté et dialogue… Ce conflit de 30 ans a déjà causé la mort de 45.000 personnes . Il est évidemment au cœur de l’énigme du triple assassinat de Paris.

Les liens

Le PKK : quel terrorisme ? Sur le site "Club du millénaire" : une association de recherche fondée en 2008 à l’initiative d’étudiants de Sciences Po Lille

Où va la Turquie ? Un Hors-Série du "Courrier International", mars 2014

Les références
L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.