L’Afrique n’en finit pas d’être secouée par des crises et des guerres. Même les pays qu’on croyait les plus stables, tels la Côte d’Ivoire, sont victimes de ces convulsions dont les causes sont souvent des querelles ethniques. L’ancien pouvoir colonial, en dessinant des frontières qui ne tenaient aucun compte des réalités ethniques et linguistiques, a en effet laissé à ces pays un héritage bien difficile à gérer. Comment construire une unité nationale alors que tout sépare des populations disparates dont les coutumes et les traditions diffèrent. L’un des exemples les plus caricaturaux semble bien être celui du Tchad, pays immense qui rassemble d’innombrables ethnies et qui, de crise en crise, de coup d’Etat en coup d’Etat, n’a vraiment jamais connu la paix et encore moins la démocratie. Un clan remplace l’autre, mettant aussitôt le pays en coupe réglée, régnant par la force et opprimant les autres ethnies. Il en est ainsi depuis quarante ans. Ces transitions violentes ont bien sûr été suivies de près, quand elles n’ont été pas suscitées, par l’ancienne puissance coloniale, la France en l’occurrence. A la charnière du monde arabe et de l’Afrique noire, le Tchad occupe en effet une position stratégique au centre de notre ex-empire colonial. À plusieurs reprises, depuis l’indépendance, nous y sommes intervenus militairement. Pour soutenir les gouvernements en place ou pour juguler les ambitions de son encombrant voisin du nord, la Libye ! Et, d’ailleurs, un important contingent français continue d’y stationner. Monsieur X, qui m’a souvent parlé de l’Afrique, a donc choisi cette semaine de s’intéresser au Tchad où les services spéciaux français ont toujours été omniprésents et ont souvent joué un rôle trouble.

programmation musicale

Prohom

Rester en ville label: Polydorparution: 2002### Jah Tiken Fakoly

Les martyrs label: Globe Music### Youssou N'Dour et Pascal Obispo

So many men label: Nonesuchparution: 2002

L'équipe

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.