L'opération Ryan (en russe : Raketno-Iadernoe Napadenie : attaque de missile nucléaire) est une opération mise en place dans la première moitié des années 1980 par le KGB qui vise à réunir des informations sur les intentions supposées de l'administration Reagan de lancer une attaque nucléaire contre l'URSS.

Dresde, Allemagne, février 2013. Le colonel soviétique Stanislav Petrov qui a empêché la réponse nucléaire de 1983.
Dresde, Allemagne, février 2013. Le colonel soviétique Stanislav Petrov qui a empêché la réponse nucléaire de 1983. © Getty / Oliver Killig / Alliance

Et si le monde était passé à côté de l'apocalypse nucléaire sans le savoir ? A l'automne 1983, très exactement, au beau milieu de la crise des euromissiles, comme on l'a appelée.

Je ne veux pas déflorer le propos de Monsieur X mais je vous rappelle simplement ce qu'il me disait à propos de Iouri Andropov, l'ex-numéro un soviétique, l'homme qui avait entrepris de lutter contre la corruption qui gangrénait l'URSS... Andropov, m'a-t-il dit, avait naturellement beaucoup d'ennemis à l'intérieur... Tous ces hiérarques du Parti communiste qu'il a limogés, menacés et même jetés en prison. Mais il y en avait aussi autant à l'extérieur, des gens qui ont exploité la paranoïa propre à tout dirigeant politique... Toutefois, ces manoeuvres, si j'en crois Monsieur X, ont bien failli précipiter la planète dans une catastrophe sans précédent.

Un mot avant de l'écouter : jamais autant qu'en 1983 la tension n'a été aussi vive entre les deux super-Grands. Le président Ronald Reagan vient d'annoncer la mise en oeuvre de l'IDS, l'Initiative de défense stratégique,  c'est-à-dire la "Guerre des étoiles", qui représente une importante brèche dans l'équilibre de la terreur. D'autre part, l'URSS, accusée d'avoir abattu un Boeing 747 coréen, est victime d'une violente campagne d'opinion, alors que l'OTAN commence, après l'échec des négociations de Genève, à installer en Europe de l'Ouest ses premiers missiles Pershing destinés à riposter à la menace virtuelle des SS-20 soviétiques positionnés de l'autre côté du rideau de fer... Enfin et surtout, au Kremlin, on se dit persuadé que tôt ou tard, les Etats-Unis lanceront une attaque nucléaire contre l'URSS. Jamais depuis la crise des fusées de Cuba, on ne s'est trouvé aussi prêt du gouffre.

Mais que dissimulent vraiment tous ces événements ? Quelle est la part de la réalité et celle de la désinformation ?

© Légende de la photo : Février 2013. L'ancien colonel soviétique Stanislav Petrov, responsable des systèmes d'alerte nucléaire soviétique dans la nuit du 26 septembre 1983, décide de ne pas riposter lorsqu'un signal "d'attaque de missile" semble indiquer un lancement nucléaire américain. Il estime que c'est une fausse alerte et aurait ainsi évité un holocauste nucléaire. Le 17 février 2013, il reçoit le prix de la paix de Dresde © Getty.

Programmation musicale

  • Jan et Rod  La java des bombes atomiques 
  • Kraftwerk  Radioactivity 
  • Paul Kalkbrenner  Queer Fellow 

▶︎ 📖. LIRE

L'équipe
Contact