Au temps du Salazarisme triomphant, le SDECE entretenait des rapports étroits avec la police politique du Portugal, la redoutable PIDE .

Le SDECE, notre service de renseignement, est intervenu directement pour la première et unique fois dans les affaires d’un pays européen : le Portugal. Une affaire étrange qui voit le service secret d’un pays démocratique collaborer avec les organes de répression d’un état dictatorial. 

C'était la Guerre froide et il faut voir dans cette alliance douteuse la volonté de contrer en premier lieu le communisme qui menaçait alors les intérêts occidentaux. 

Nous voici au milieu des années 1970, avant et après la « Révolution des Œillets » qui a mis fin à la dictature salazariste. 

Si la collaboration entre le SDECE et le Portugal va tourner essentiellement autour des affaires africaines, elle a aussi des racines purement politiques : la lutte contre la subversion communiste. On va y retrouver une nébuleuse d'extrême droite et les fameux réseaux gladio conçus à l'origine pour combattre d'éventuels occupants soviétiques, mais qui sont devenus au fil du temps des foyers d'agitation extrémistes et antidémocratiques. 

Les relations du SDEC avec la police politique du Portugal traduisent l'intérêt que les Français ont à pouvoir disposer de facilités dans les territoires portugais d'Afrique, la possibilité d'y implanter des agents ou des mercenaires. La Guinée-Bissau à cause de sa proximité avec l'autre Guinée, la Guinée francophone.

Programmation musicale
L'équipe
Contact
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.