Ce fut l'un des temps forts de la Guerre froide ! J'allais dire la nouvelle guerre froide… Celle qui a été relancée par Ronald Reagan au début des années 80. Ce fut donc l'un de ces moments où le monde entier retient son souffle et où l'on sent que la moindre étincelle risque d'embraser la planète. Dans la nuit du 31 août au 1er septembre 1983, à 3 heures du matin (heure française), un Boeing sud-coréen s'abîme en mer au large de l'île de Sakhaline, entre l'URSS et le Japon, donc. On ne retrouvera aucun des 269 passagers et hommes d'équipage. Un député américain se trouvait à bord. Très vite, selon des sources américaines et japonaises, on apprend que l'avion a été abattu par un missile soviétique alors que, à cause d'une erreur de navigation, il aurait survolé par inadvertance le territoire de l'URSS. La presse et l'opinion occidentales se déchaînent aussitôt. Cette attaque contre un avion civil est un acte barbare, une preuve de plus de la nature impitoyable du régime soviétique et de la brutalité des dirigeants communistes ! Moscou, visiblement embarrassé, garde d'abord le silence puis réplique assez maladroitement : l'équipage du Boeing aurait effectué une mission d'espionnage pour le compte des États-Unis. Conclusion : ce sont les Américains qui ont pris délibérément le risque d'envoyer à la mort des passagers d'un avion civil ! Autant le dire tout de suite, l'affaire n'a jamais été vraiment éclaircie… Et, alors que, très récemment, une grave affaire d'espionnage aérien vient d'opposer les États-Unis et la Chine, j'ai eu envie de demander à Monsieur X s'il disposait d'informations privilégiées sur ce drame qui a exacerbé la tension entre les deux Super-Grands… Ce qu'il m'a révélé est incroyable. Incroyable et effrayant !

L'équipe

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.