Mensonge et dissimulation ! Il y a 20 ans, lorsque les autorités soviétiques découvrent l’ampleur de la catastrophe de Tchernobyl, elles retrouvent leurs réflexes d’antan. Vis-à-vis de l’étranger d’abord. Moscou minimise les conséquences de l’accident, alors même que les pays scandinaves ont déjà observé une augmentation inquiétante de la radioactivité… Toutefois cette dissimulation est aussi à usage interne : il s’agit d’abord d’éviter la panique et d’opérer dans l’ordre, mais un peu tardivement, l’évacuation des villes et villages proches de la centrale nucléaire. Mais il faut aussi rasséréner les centaines de milliers de liquidateurs, comme on les appelle, qui sont chargés de colmater le réacteur N°4 et de décontaminer la zone. Des hommes qui, insuffisamment protégés contre les radiations, font néanmoins preuve d’un véritable héroïsme. Pour eux, les autorités vont se livrer à un coupable trucage : d’un trait de plume, les taux d’irradiation mortels sont revus à la hausse. Ainsi, alors que le seuil mortel pour la durée d’une vie humaine était de 35 rems, le plafond passe soudainement à 70 rems. Et, du même coup, nombre de liquidateurs sont sacrifiés et condamnés à subir une irradiation fatale. Et Gorbatchev, l’inventeur de la glasnost, c’est à dire la transparence ?… D’abord insuffisamment informé, et même trompé, il tangue. L’enjeu est en effet considérable. Il y va du prestige de l’URSS et de la technologie soviétique. Et il attendra presque trois semaines avant de s’exprimer publiquement. Dans un premier entretien, Monsieur X a refait l’historique de la centrale de Tchernobyl et de ses quatre réacteurs d’une conception obsolète, car issue des premiers réacteurs militaires destinés à fournir le combustible des bombes. Il a aussi évoqué les erreurs humaines et le grand secret de Tchernobyl : la présence non loin du site de la centrale d’un super-radar destiné à devenir une pièce maîtresse de la Guerre des étoiles. Dans ce deuxième entretien, il continue à décortiquer les mystères de Tchernobyl.

programmation musicale

Alain Bashung

Le dimanche à Tchernobyl album: L'imprudencelabel: Barclayparution: 2002### Kraftwerk

Radioactivity album: Minimum-Maximumlabel: Kling Klang Produktparution: 2005

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.