C'était il y a cinquante ans en 1960, les colonies africaines de la France accédaient à l'indépendance. A l'occasion de cet anniversaire, retour sur une indépendance, celle du Cameroun qui a parfois et même souvent été dramatique. Une guerre peut en cacher une autre. C’est la première réflexion qui m’est venue à l’esprit lorsque Monsieur X a commencé à évoquer cette affaire… Oui, une guerre oubliée car, tandis qu’en Algérie, l’armée française menait ce qu’on appelait alors pudiquement des opérations de pacification, d’autres éléments de cette même armée étaient engagés au Cameroun. Et, comme en Algérie, ils pacifiaient à leur façon et traquaient les opposants au régime de ce pays nouvellement indépendant… Une longue traque qui a causé la mort de milliers de personnes. Mais la presse et l’opinion n’étaient alors préoccupées que par la trop longue Guerre d’Algérie et son cortège d’horreurs… On pouvait donc massacrer en toute discrétion au Cameroun ! Et il faudra attendre des années avant que des journalistes ou des historiens ne tentent de faire la lumière sur ces tragiques événements. Monsieur X revient en détail sur ce qui demeure l’une des pages les plus noires de l’histoire coloniale de notre pays et de la Françafrique comme l’a baptisée lui-même le président ivoirien Houphouët-Boigny… Mais une page quasi-inconnue où les services secrets ont joué leur partition avec une redoutable efficacité.

programmation musicale

Richard Bona

Sona Mama label: Universal

Sally Nyolo

Un jour au village label: Naïve

L'équipe

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.