C’était un exercice grandeur nature… Et une sorte de première pour les forces de l’OTAN. Le 30 août 1995, avant l’aube, 64 avions bombardiers décollent de plusieurs aérodromes européens. Direction le sud. En trois vagues successives, ils survolent le petit territoire de la République serbe de Bosnie et lâchent leurs bombes sur des objectifs précis : casernes, usines d’armement, site de missiles, etc. Pour la première fois depuis que la guerre a enflammé les Balkans et atomisé la République fédérale de Yougoslavie, les instances internationales ont donc décidé de frapper et d’en finir par la force avec les exactions, les humiliations et les provocations. Six semaines plus tôt, des milliers d’hommes ont été massacrés à Srebrenica, une enclave musulmane en terre serbe. Une tragédie que les Casques bleus présents sur place ont été impuissants à empêcher… Et qui, peut-être, a été précédée par de douteuses tractations entre le commandement des Serbes bosniaques et l’état-major des forces de l’ONU commandé alors par un général français. Fallait-il aussi effacer cette tache ? En tout cas, ces frappes massives qui vont durer jusqu’au 14 septembre auront raison de l’intransigeance des chefs de la République serbe de Bosnie, le président Karadzic et le général Mladic. L’interminable siège de Sarajevo est levé et bientôt, des négociations vont commencer entre les représentants de tous les belligérants ex-yougoslaves réunis à Dayton, aux Etats-Unis. Mais, dans l’ombre, une autre partie se joue : ce 30 août 1995, un Mirage français a été abattu par un missile sol-air tiré par les Serbes. La scène a été filmée. Le pilote, le capitaine Chiffot et son navigateur, le lieutenant Souvignet, ont pu s’éjecter à temps de leur appareil. Mais que sont-ils devenus ? Leur sort va être l’objet de manœuvres obscures et confuses…

programmation musicale

Dubphonic

The only girl on earth album: Relightlabel: Hammerbass

rona Hartner

Camera (femmes) album: BOF Gadjo Dilolabel: Wea International

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.