C’est une alternance de chaud et de froid… Et, en ce moment, c’est le froid qui domine ! Je veux parler des relations entre la Chine et les Etats-Unis… Le froid parce que Washington a annoncé son intention de vendre pour 6 milliard d’armes à l’ennemi de toujours, Taïwan… Cependant, il convient de relativiser : les économies états-unienne et chinoise sont désormais tellement dépendantes l’une de l’autre que la brouille actuelle, comme les précédentes, finira rapidement par s’apaiser… Même si, de plus en plus, les Chinois, conscients de leur puissance grandissante, n’hésitent plus à provoquer durablement leurs meilleurs adversaires… Il est toutefois un domaine, beaucoup plus discret, qui demeure un foyer permanent de tensions et provoque même de véritables poussées de fièvre aux Etats-Unis : celui de l’espionnage et du pillage technologique et scientifique systématique auquel se livreraient les services de Pékin… Certains spécialistes estiment même que, depuis l’implosion de l’URSS, les officines de contre-espionnage n’ont jamais eu à faire face à un tel défi. D’autant que le renseignement chinois semble avoir trouvé de nouvelles méthodes de collecte. On n’aurait plus affaire à des agents classiques, des professionnels, mais à des myriades de collaborateurs, des étudiants, par exemple, qui, l’air de rien, soutirent des informations apparemment sans importance à leurs relations… Autant de précieux renseignements qui, une fois triés et rassemblés, permettraient aux analystes de Pékin d’avoir une vue d’ensemble dans un domaine particulier. Mais cette pratique inédite n’a pourtant pas mis un terme à des manœuvres plus classiques. En témoigne l’histoire récente de la très énigmatique Katrina Leung… Une charmante chinoise exilée aux Etats-Unis qui, grâce à ses talents très spéciaux, a réussi à circonvenir deux agents du FBI et à causer d’importants dégâts au sein des services états-uniens…

Les liens

Retrouvez ici les bibliographie et discographie de cette émission

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.