C’était il y a quelques semaines… Au tout début du mois de mars. Ivan Safronov, journaliste du quotidien russe indépendant Kommersant, regagnait son appartement moscovite, sacs de provision à la main. Quelques minutes plus tard, une fenêtre s’est ouverte au quatrième étage de l’immeuble. Et le corps du journaliste s’est presque aussitôt écrasé sur le trottoir. Très vite, les policiers ont évoqué la thèse du suicide. Thèse immédiatement contestée par tous les proches de Safronov : le journaliste, âgé d’une cinquantaine d’années, n’avait aucun souci d’ordre privé… Et puis fait-on ses courses avant de se suicider ? Non, pour la plupart des gens qui connaissaient Safronov, il était quasi-certain que le journaliste avait été défenestré. Assassiné, donc ! Mais c’est pourtant sans il-lusion que le Kommersant a écrit le lendemain : « Il est peu probable que l’enquête officielle apporte un résultat. » Car il existe malheureusement plusieurs précédents dont celui de la célèbre journaliste Anna Polit-kovskaya… Des assassinats qui n’ont jamais été élucidés et qui ont même été si fréquents qu’une organi-sation internationale spécialisée a constaté que la Russie est, tout juste derrière l’Irak, le pays où l’on compte le plus grand nombre de journalistes morts en exerçant leur métier. Des femmes, des hommes qui ont été manifestement trop curieux et qui ont cherché par exemple à percer quelques-uns des mystères du Kremlin. Mais le journalisme n’est pas la seule catégorie professionnelle russe à avoir subi les coups des tueurs professionnels. Des banquiers, des hommes d’affaires, des politiciens sont aussi tombés par dizaines. Assassinats politiques ? Ou mafieux ? Ou les deux à la fois… Monsieur X essaie d’y voir clair et remonte à ce qui est pour lui la genèse de cette monstrueuse série : l’étrange disparition, au moment où l’URSS s’effondrait, de ce que l’on a appelé le trésor du parti communiste..

programmation musicale

Beirut

Mount Wroclai (Idle days) album: Gulag Orkestarlabel: Ba Da Bing!

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.