Il a été le premier Français condamné pour crime contre l’Humanité ; le deuxième étant Maurice Papon. Paul Touvier, ancien milicien, spécialiste du rensei-gnement et du fichage, proxénète, collaborateur zélé, antisémite notoire, délinquant de droit commun, maître-chanteur et dévot affiché. Et peut-être même, c’est en tout cas la conviction de Monsieur X, indicateur de police… Deux fois condamné à mort par contumace en 1946, Touvier a plongé dans la clandestinité avant même la libération de Lyon. D’abord caché chez un prêtre, il vit d’expédients, commet des hold-up avant d’être arrêté en 1947 pour sa participation à un complot d’extrême droite. Mais, très mystérieusement, il s’échappe avec une grande facilité. Ce qui fait penser qu’en fait on l’a laissé fuir. A partir de ce moment, Touvier, malgré les recherches dont il devrait en principe faire l’objet, vit dissimulé dans sa maison familiale de Chambéry. Soutenu par des ecclésiastiques qui partagent ses affinités politiques, il s’entend aussi ha-bilement à inspirer la pitié à des gens qui ignorent souvent son passé. Se posant en proscrit, il arrive ainsi à abuser des personnalités du show-biz, tel Jacques Brel… Enfin, en 1967, ses deux condamnations à mort étant prescrites, il va entreprendre une vaste entreprise de lobbying afin d’obtenir une grâce présidentielle qui lui permettrait notamment d’entrer en possession de l’héritage paternel et d’annuler la confiscation de ses biens. Et en 1971, il obtient de Georges Pompidou ce que lui a refusé le général de Gaulle. Mais quand l’information transpire dans la presse, c’est le scandale. Touvier, qui était quasiment oublié, fait la une des journaux, et ce personnage emblématique de la Collaboration et de ses exactions, doit retourner à la clandestinité. Il n’en sortira qu’en 1989 entre deux gendarmes… Un dernier mot avant d’écouter la suite du récit de Monsieur X… Un jour, cet ultra-catholique se confie à un ami. Et dans un rare moment de faiblesse, il livre une partie de sa vérité. Je cite : "Toute ma vie n’a été qu’une énorme tromperie. Je crois bien que j’arriverais à tromper Dieu ! Qu’importe ! Je suis bien à ce point où Dieu et le Diable ne font qu’un !"

programmation musicale

Pierre Dac

Le roi des salauds album: Chansons de Pierre Dac à Londreslabel: EPM### Khalil Chahine

album: BOF "Monsieur Batignolle"label: Night & Dayparution: 2002### Jacques Brel

Grand Jacques (c'est trop facile)

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.