Inventeur, pilote de course et chef d'entreprise, Louis Renault est le fondateur de l'empire industriel Renault, l'un des pionniers de l'industrie automobile française.

Louis Renault (1877-1944), fondateur des voitures Renault, arrive à Bordeaux dans la course Paris-Madrid pour être informé de la mort de son frère Marcel dans un accident.
Louis Renault (1877-1944), fondateur des voitures Renault, arrive à Bordeaux dans la course Paris-Madrid pour être informé de la mort de son frère Marcel dans un accident. © Getty / Hulton Archive / Getty Images

On l'appelait l'ogre, l'ogre de Billancourt ou encore le seigneur de Billancourt. Louis Renault, le pionnier de l'automobile, mais aussi le symbole du patronat de combat de l'entre deux guerres. Jamais sans doute un patron n'a déchaîné de telle haine. Jamais, sans doute, un patron n'a autant personnifié son entreprise, son usine, comme il le disait lui même. Son usine qui était toute sa vie et à cause de laquelle il est peut-être mort. Et c'est justement de la mort de Louis Renault que Monsieur X. m'a parlé cette semaine.

Qui était Louis Renault ?

Une légende, une légende qui, curieusement, s'est construite tout seul tant Renault, contrairement à son grand rival Citroën, détestait la publicité. Fils de bourgeois, Renault s'est fait mécanicien. Louis est un cancre, soupirait son père. Mais le cancre va construire le premier empire industriel français et une fortune considérable. Tout commence à la fin du siècle, à Boulogne-Billancourt, dans une modeste baraque de dix mètres sur trois. Louis Renault y conçoit sa première voiturette, puissance trois-quarts de cheval, vitesse maximum 50 kilomètres à l'heure. Elle sera aussitôt commandée à 10 exemplaires. Fou de mécanique, inventeur génial, Renault construit de nouveaux modèles et paie de sa personne en participant à des courses automobiles en compagnie de son frère Marcel. 1903, c'est le drame : dans la course Paris-Madrid, Marcel se tue. Louis décide de ne plus jamais piloter et de se consacrer à ses automobiles. 

Très vite, la petite baraque de Billancourt devient trop étroite. Renault achète les terrains voisins, embauche des ouvriers par dizaines. Le patron est un tyran, mais on n'est pas trop mal payés chez Renault, Louis gagne de l'argent, beaucoup d'argent, et lorsque la guerre arrive, c'est déjà un homme riche. Les usines Renault vont fabriquer des obus, des camions, des tanks et, bien sûr, les fameux Taxis de la Marne. Un historien écrit : "La guerre de 14 est arrivé comme une pluie bienfaisante après un orage sec. Elle freine la concurrence et fournit à tous les constructeurs une manne : les marchés militaires." Renault, autant que Citroën, profite de cette pluie bienfaisante et, sauveur de la patrie au même titre que Pétain, on le couvre d'honneurs. 

Mais déjà, les rapports sociaux se tendent à Billancourt. L'entreprise Renault, qui emploie 35.000 hommes dans les années 1930, devient la forteresse ouvrière qu'on connaît. Dur, impitoyable, patron absolutiste, Louis s'arc-boute. Il devient la cible favorite des syndicalistes et des hommes du Front populaire. À lui seul, il représente ce patronat inflexible qui refuse le progrès social et exploite la classe ouvrière. 

Arrive la défaite et l'occupation. Louis Renault est en mission officielle aux États-Unis. Le président du Conseil, Paul Reynaud, lui a demandé d'étudier la possibilité de faire fabriquer des tanks outre-Atlantique. Mais Renault revient au plus vite, il a peur que l'occupant ne s'empare de ses usines, ses usines... son obsession. Il n'aura de cesse de tout faire pour les protéger, les soustraire à cette main étrangère, quitte peut-être à vendre son âme. Mais nous allons y revenir avec Monsieur X, car c'est l'une des clés de l'affaire Renault. 

Programmation musicale

  • Étienne Daho  Tombé pour la France
  • Jean-Louis Aubert  Étrange
  • Midnight Oil  Beds are burning

Bibliographie

  • Louis Renault d'Emmanuel Chadeau, éditions Plon (1998)
  • Louis Renault : Histoire d'une tragédie et d'une nationalisation de Jean-Paul Thévenet, édition Londreys (1986)
L'équipe
Contact