« Il faut couper la tête du serpent ! » Ainsi se serait exprimé le roi Abdallah d’Arabie saoudite devant un conseiller de la Maison Blanche. Le serpent étant, dans l’esprit du monarque, l’Iran de Mahmoud Ahmadinejad. C’est l’une des révélations des documents Wikileaks. Mais, à vrai dire, personne ne doutait de l’hostilité des Saoudiens, et plus généralement de tous les pays arabes du Golfe, à l’encontre de l’Iran. Une hostilité qui tourne même à l’obsession. Et c’est bien sûr la perspective de voir bientôt Téhéran posséder l’arme nucléaire qui explique cette violente animosité. L’Arabie Saoudite, au moins autant qu’Israël, voudrait donc que les Etats-Unis utilisent les grands moyens pour anéantir le potentiel nucléaire iranien. Mais à Washington, officiellement, on s’en tient pour l’instant à la politique des sanctions économiques pour inciter Téhéran à renoncer à ses ambitions nucléaires. Ce qui ne veut pas dire que les Américains, et pas seulement eux, n’utilisent pas d’autres armes contre l’Iran. En réalité, Monsieur X l’affirme, c’est une véritable guerre de l’ombre qui est menée par la plupart des services secrets occidentaux. Une guerre où tous les coups sont permis, y compris les assassinats… Mais aussi une course contre la montre : car l’Iran est peut-être à deux doigts de pouvoir fabriquer sa bombe…

programmation musicale

Parvin Javdan

Daramad Homayoun album: The rough guide to the music of Iranlabel: Rough Guides

Abdolnaghi Afsharnia

Dashti album: The rough guide to the music of Iranlabel: rough Guides

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.