Ce fut la dernière guerre civile qu’ait connue la France. Un conflit franco-français meurtrier puisqu’on estime qu’il a fait 2000 victimes. Je veux bien sûr parler de l’action terroriste de l’OAS dans les années 61-62 et de sa répression par les services officiels et ceux que l’on a appelés les barbouzes. Terrorisme du désespoir, politique de la terre brûlée : c’était l’époque des cadavres d’Algériens abandonnés sur les trottoirs des villes, des plasticages en Algérie mais aussi en métropole. Et enfin des tentatives d’attentats contre le général de Gaulle. L’OAS, Organisation de l’Armée secrète, rassem-blait le petit peuple de Bab el Oued, un quartier qui avait toujours voté à gauche et même communiste, mais aussi des monarchistes, des factieux d’extrême droite, comploteurs de toujours, des militaires rebelles et des hommes politiques qui estimaient avoir été trompés par le général de Gaulle. Un regroupement hétéroclite, donc, qui n’a jamais menacé sérieusement le pouvoir, mais qui a ensanglanté les dernières heures de la présence française en Algérie. Et, en provoquant un rejet massif de la population métropolitaine, l’OAS n’a guère contribué à favoriser l’implantation des rapa-triés qui avaient dû choisir entre la valise et le cercueil. Pourquoi reparler avec Monsieur X de cette orga-nisation terroriste ? Parce que les services secrets français, DST et SDECE, ont joué un rôle trouble en ces années-là ? Parce que, engagés de longue date dans la lutte contre le FLN algérien, ces services ont ensuite renâclé à lutter contre les partisans de l’Algérie française… Et peut-être même – c’est la thèse de Monsieur X – se sont-ils parfois servis de l’OAS pour éliminer physiquement certains gêneurs…

programmation musicale

DEATH IN VEGAS & Bobby GILLESPIE

Soul auctioneer label: BMGparution: 1999### IDIR

Pourquoi cette pluie? label: Saint Georgeparution: 2002### HOWIE B.

Touch label: Polydorparution: 2001

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.