C’est une affaire qui a de fâcheux précédents. En 1931, l’armée japonaise simule une attaque de voie ferrée à Mukden pour envahir la totalité de la Mandchourie… De même, en 1939, les nazis prétexteront un faux coup de main contre leur poste-frontière de Gleiwitz pour entrer en Pologne. Eh bien, l’incident du Golfe du Tonkin semble obéir à la même logique : en 1964 , une attaque imaginaire contre un bâtiment de guerre américain permettra au président Lyndon Johnson d’ordonner des bombardements massifs sur leNord-Viêt-Nam et donc de déclencher réellement la guerre du Viêt-Nam qui ne terminera que dix ans plus tard, après d’innombrables catastrophes humanitaires…

Cinquante ans plus tard, et alors qu’une partie de la vérité sur cette affaire n’a surgi que très récemment, Monsieur X s’interroge : les Américains ont-ils fabriqué de toutes pièces cette attaque contre un de leurs navires ou bien se sont-ils simplement servi de ce faux incident pour frapper au plus vite un pays qu’ils envisageaient de bombarder depuis plusieurs mois ?

Mais quelle que soit la réponse, il reste qu’un mensonge d’état est à l’origine de l’incident du Golfe du Tonkin et qu’il est resté longtemps enfoui dans les archives de la trop célèbre NSA , cette agence de renseignement dont le lanceur d’alertes, Edward Snowden , vient de révéler l’étendue de son réseau mondial d’espionnage électronique.

Dans l'ouvrage d'Antoine Lefébure qui vient de paraître, L'affaire Snowden. Comment les Etats-Unis espionnent le monde , l'auteur revient sur les échecs de la NSA au Vietnam.

Les références
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.