On les appelés " Les cinq magnifiques "… Par référence au film " The seven magnificent ", " Les sept mercenaires " en français. Pourquoi " Les cinq magnifiques " ? Parce que ces cinq hommes étaient flam-boyants, intelligents, cultivés… Parce qu'ils apparte-naient à l'élite de la société britannique et qu'ils étaient passés par ses meilleures écoles… Parce que jamais encore une telle brochette d'espions n'avait pu infiltrer les plus hautes instances d'un pays… Et enfin parce que ces espions ont trahi par idéal et qu'ils n'ont ja-mais accepté d'être rémunérés par ceux pour lesquels ils travaillaient, c'est à dire les Soviétiques… J'ajoute que ces taupes sont apparues sous di-vers masques dans nombre de romans contempo-rains… Et surtout bien sûr, dans les œuvres de Gra-ham Greene et John Le Carré, des romanciers qui ont tous les deux été des agents de renseignement avant de faire la carrière littéraire qu'on connaît. " Les cinq magnifiques ", donc ! Ou " les cinq de Cambridge " ! Car ils ont tous fréquenté la presti-gieuse université anglaise. Il s'appellent Kim Philby, Donald MacLean, Guy Burgess, Anthony Blunt et John Cairncross, le mystérieux cinquième homme, celui dont le nom n'a été dévoilé que dans les années 90 et dont l'identité a donné lieu aux plus folles hypothèses. Un formidable réseau de cinq hommes qui ont donc été progressivement identifiés au fil des ans mais qui n'ont jamais fait l'objet d'un procès… Trois d'entre eux ont trouvé refuge en URSS avant d'être arrêtés. Quant aux deux autres, curieusement, alors même qu'ils avaient été repérés par le contre-espionnage anglais et qu'ils avaient fini par avouer, ils sont passés à travers les mailles du filet judiciaire. C'est l'un des mystères de cette affaire d'espionnage, la plus importante que la Grande-Bretagne ait jamais connue… Monsieur X se propose de l'éclaircir !

L'équipe
Contact
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.