On l’a appelée la prisonnière du désert… Françoise Claustre. Une archéologue française enlevée au Tibesti par un rebelle Toubou qui allait se faire un nom grâce à ce kidnapping : Hissène Habré, futur chef d’Etat du Tchad… Quinze ans après les faits, ce ravisseur allait être reçu avec les honneurs à Paris ! C’était dans les années 70. Françoise Claustre allait rester plus de trente mois prisonnière. Et disons-le tout de suite, sans l’extraordinaire persévérance de son époux, Pierre, et sans le courage de quelques journalistes, elle aurait pu rester encore longtemps captive tant l’affaire ne semblait que médiocrement intéresser les autorités françaises de l’époque. La semaine passée, Monsieur X m’a longuement parlé du Tchad et du long règne du président Tombalbaye, premier président de cette ancienne colonie française dont la population hétéroclite –on recense plus de 200 ethnies au Tchad – ne favorise guère l’éclosion d’un sentiment d’unité nationale. Au sud vivent des agriculteurs, des animistes christianisés à la faveur de la colonisation. Au nord et à l’est, dans les déserts et les montagnes, on trouve des pasteurs, souvent nomades et de tradition guerrière. Ces anciens trafiquants d’esclaves sont musulmans. Regroupés sous l’appellation Toubous, ils sont eux-mêmes divisés en plusieurs clans rivaux. Très peu de temps après l’indépendance, alors que Tombalbaye, un sudiste, gouverne avec le soutien très actif de la France, les tribus du nord se rebellent. La situation devient si précaire que le pouvoir tchadien en appelle à Paris. Un important corps expéditionnaire est envoyé au Tchad. Malgré l’absence de menace extérieure qui aurait seule justifié l’intervention militaire française, notre armée participe au rétablissement de l’ordre. La rébellion Toubou du Frolinat, le Front de Libération nationale du Tchad, est sinon vaincue, du moins contenue. Très provisoirement. Car les Toubous ne désarment pas. Et alors même que la France maintient plus de mille hommes dans ce pays dont la position est stratégique en Afrique, les Toubous recommencent à s’agiter. Avec cette fois le soutien du voisin libyen qui a des visées territoriales sur le nord du pays, la bande d’Aozou. Telle est la situation quand, en 1974, l’archéologue Françoise Claustre est enlevée.

programmation musicale

Christophe

Les paradis perdus label: Universalparution: 2002### Electromania/Aldo Romano

Mangorosa label: Wagram### Johnny Cash/Trent Reznor

Hurt label: American

L'équipe

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.