Cet homme était un symbole… Mais est-ce pour cette raison qu'il est mort, assassiné ? Ou bien, cette exécution dissimule-t-elle d'autres secrets ? Il y avait longtemps que je voulais interroger Monsieur X sur ce mystérieux dossier : la mort en avril 1968 du pasteur Martin Luther King, prix Nobel de la paix et inlassable combattant de la lutte contre la sé-grégation raciale. Un assassinat qui, il faut le rappeler, précède de deux mois à peine celui de Robert Kenne-dy… Autant le dire tout de suite : l'affaire n'a jamais été vraiment éclaircie ! Bien sûr, le tueur présumé a été arrêté… Il a même avoué. Mais il s'est aussitôt rétracté. Et depuis, il n'a jamais cessé de protester de son inno-cence. James Earl Ray, c'est son nom, a en effet tou-jours prétendu jusqu'à sa mort en prison, en 1998, qu'il avait été manipulé… Qu'on s'était servi de lui ! Bref, Ray n'aurait été qu'un pion dans le grand complot éla-boré pour éliminer Martin Luther King… Cette semaine, donc, Monsieur X a accepté de me dire ce qu'il savait de ce dossier où il est tentant de voir l'intervention de la police fédérale américaine et même de certains services secrets… Mais auparavant, ces quelques lignes, un extrait d'un discours célèbre et prophétique de Martin Luther King. "Je rêve qu'un jour, notre pays se lèvera et vivra pleinement la véritable réalité de son credo : nous te-nons ces vérités pour évidentes que tous les hommes sont créés égaux. Je rêve qu'un jour sur les rouges collines de Géorgie, les fils des anciens esclaves et les fils des anciens propriétaires d'esclaves pourront s'as-seoir ensemble à la table de la fraternité. Je rêve que mes quatre jeunes enfants vivront un jour dans un pays où on ne les jugera pas à la couleur de leur peau mais à la nature de leur caractère. Je fais aujourd'hui un rêve !" Cinq ans après avoir tenu ce vibrant discours de-vant 250.000 personnes réunies au pied du Lincoln Memorial, Martin Luther King tombe sous la balle d'un tueur, au cœur même de ce Sud raciste et réaction-naire toujours hanté par les cagoules du Ku Klux Klan.

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.