On a dit de lui que c’était le plus grand salaud d’Amérique ! John Edgar Hoover, le patron du FBI, pendant presque un demi-siècle. Un cas unique dans l’histoire de l’administration états-unienne où à la suite de l’élection d’un nouveau président, il est d’usage de remplacer la plupart des hauts fonctionnaires. Ce qu’on appelle là-bas le « spoil system »… C’est à dire littéralement le « système des dépouilles ». Mais Hoover, lui, a vu passer huit présidents sans jamais quitter sa prestigieuse fonction. Et il est mort à 77 ans alors qu’il était encore à son poste… Alors comment expliquer cette exceptionnelle longévité ? Alors même que certains de ces présidents brûlaient de l’envie de se débarrasser de lui. Mais au-cun n’a osé passer à l’acte. De quoi avaient-ils donc peur ? Le tout-puissant Hoover a-t-il réellement exercé un chantage sur ces dirigeants, comme on l’a longtemps insinué ? Et, au-delà, a-t-il abusé de son pouvoir pour exercer une surveillance sur ses concitoyens contraire à toutes les traditions démocratiques américaines ? A quoi servaient les dizaines de millions de fiches individuelles accumulées pendant toutes ces années ?

programmation musicale

Dinah Washington

Send me to the 'lectric chair album: The Bessie Smith songbooklabel: PolyGramparution: 1986### Bruno Letort

Urgent message label: Cezame 4000### Barry Adamson

Who killed the bird album: Stranger in the sofalabel: La Baleineparution: 2006

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.