Prison à ciel ouvert, bagne africain, Corée du Nord africaine… Les expressions ne manquent pas pour qualifier ce petit pays dont on ne parle presque jamais et où journalistes et touristes ne sont pas les bienvenus : l’Erythrée ! Un pays fermé, donc. Mais aussi un pays dont il est interdit de sortir : les Erythréens sont prisonniers chez eux. Et s’ils sont pris en essayant de passer clandestinement une frontière, ils risquent de croupir dans l’un des quelques trois cents camps de détention.

Il fut pourtant une époque où ce jeune Etat de la Corne de l’Afrique était considéré avec bienveillance par les grandes puissances… Certains y voyaient même la naissance d’une nouvelle Afrique, débarrassée de ses péchés originaux. Une Afrique propre en somme. Démocratique, moderne, sans corruption ni népotisme. C’était à la fin du siècle dernier, dans les années 90… Alors comment est-on passé de la lumière à l’ombre ?

Rectificatif : Meles Zenawi est Premier Ministre de l'Ethiopie et non Président.

Bibliographie :

- « LesErythréens », de Léonard Vincent, Editions Rivages (Payot), 2012, le seul livre récent (en français) consacré à ce pays oublié.

- La revue trimestrielle « Sécurité Globale » dont le dernier numéro consacre un dossier à la Corne de l’Afrique, coordonné par Sonia Le Gouriellec, éditée par l’Institut Choiseul

  • Eritrea. A Dream Deferred », de Gaim Kibreab ; édité chez James Currey (Londres) en 2009. L’auteur, combattant pour l'indépendance de l’Erythrée, actuellement en exil à Londres, retrace les 20 ans de dictature d'Issayas Afeworki.

Discographie :

- Asmara All Stars ; titre : "Safir Hilet " ; label : Out Here Records, 2010

- Akalé Wubé ; titre : "Gubèlyé " ; label : Clapson, 2010

__

L'équipe

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.