Retrouvez l'une des premières rencontre entre Patrick Pesnot et Monsieur X

Cela fait maintenant plusieurs semaines que M. X distille ses secrets. J'ai l'impression que lui et moi prenons des habitudes. En tout cas, je crois que mon interlocuteur se livre plus facilement. Bien sûr, il demeure toujours aussi strict quant au respect absolu de son anonymat. Mais on dirait qu'il trouve chaque fois un peu plus de plaisir à m'étonner, ce qui renforce aujourd'hui ma conviction. Notre première rencontre à la bibliothèque de l'Arsenal ne devait rien au hasard. 

M. X avait choisi son moment et son intervieweur pour parler pour livrer son petit paquet avant de partir, comme il me l'a dit lui même lors de notre première rencontre. Une sorte de pied de nez à cette histoire qu'il a si souvent côtoyé. Cette histoire, bien sûr, avec un grand H. Cette histoire dans laquelle. Il est parfois intervenu en acteur. Où, en visiteur de l'ombre. 

Nous nous trouvons donc une fois de plus en face l'un de l'autre dans cette pièce anonyme et silencieuse qui semble située un peu hors du monde. À côté de lui, monsieur X a posé un gros dossier sur la couverture duquel je lis, écrit en lettres rouges le mot "Odessa". Et pourtant. Jamais Monsieur X ne compulsera ce dossier. Sa mémoire, je vais le constater de nouveau, est vraiment exceptionnelle pour un homme de son âge. 

Odessa 

Avant même que commence notre entretien, je devinais que M. X allait me parler de ce mystérieux réseau d'évasion des nazis mis en place après la Deuxième Guerre mondiale. Mais encore une fois, j'allais être pris au dépourvu, au moins par la façon étrange dont notre entretien a commencé. 

L'équipe
Contact