Les affaires ! Elles sont le pain quotidien de notre actualité, elles alimentent le soupçon qui pèse sur l'honnêteté de notre personnel politique, elles empoisonnent les relations entre les citoyens et leurs élus… Mais cette irruption intempestive des affaires dans la vie publique est-elle nouvelle ? " Tous pourris ! " criaient déjà les ligueurs d'extrême droite dans les années 30. Et la courte histoire de la IV° République, nous l'avons souvent évoqué ici-même avec Monsieur X, a été émaillée de scandales financiers et de complots. Et, un peu plus tard, alors que le général de Gaulle venait de quitter le pouvoir, on a même pu parler de gaullisme immobilier… C'était, paraît-il, pour reprendre la féroce expression de Michel Poniatowski, le temps " des copains et des coquins " ! Bref, rien de nouveau sous le soleil ! Et c'est pourquoi j'ai eu envie de demander à Monsieur X de revenir sur cette période pas si lointaine qui annonçait peut-être ce à quoi nous assistons aujourd'hui, c'est à dire les liaisons dangereuses entre l'argent et la politique. Mais, à l'époque, les juges n'avaient pas encore conquis leur indépendance et dans nombre de dossiers, la lumière n'a pas été faite. Surtout lorsque se profilait derrière ces affaires l'ombre des services secrets…

L'équipe

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.