Est-il vraiment devenu ce que l’on appelle désormais un narco-Etat ? C’est à dire un Etat dont l’économie et le système politique dépendent étroitement de la production et du commerce de la drogue. Je veux parler de l’Afghanistan dont Monsieur X m’a entretenu la semaine passée. L’Afghanistan où la culture du pavot était traditionnelle mais qui ne produisait avant l’invasion soviétique de 1979 que de petites quantités d’opium. Mais la guerre va tout changer. Pour financer leur combat contre l’Armée rouge, les seigneurs de la guerre afghans vont se lancer dans une production à plus grande échelle. Ils y sont encouragés par les services secrets pakistanais, mais aussi états-uniens dont le premier objectif est l’affaiblissement de l’URSS. C’est ainsi, par exemple, que la CIA initiera un programme d’approvisionnement en héroïne des soldats soviétiques. Toutefois, lorsqu’une machine est lancée, il est difficile de l’arrêter. Il en est ainsi de la production de drogue qui va exploser dès la fin de cette guerre de 10 ans. Ne serait-ce parce que, ne disposant plus de l’aide financière de la CIA, les seigneurs de la guerre utilisent dorénavant l’argent de l’opium pour continuer à payer leurs milices. Suit une période chaotique où les différents clans se disputent le pouvoir. Jusqu’à l’arrivée des Taliban. En 1995, ces étudiants en religion, comme ils se nomment eux-mêmes, s’emparent de Kaboul et d’une grande partie du pays, à l’exception des provinces du Nord. Dans leur conquête du pouvoir, ils ont été puissamment aidés par l’Arabie saoudite, le Pakistan mais aussi par les Etats-Unis. Ces Musulmans fondamentalistes offrent en effet la possibilité d’installer en Afghanistan un régime stable : une condition nécessaire pour faire passer à travers le pays un gazoduc permettant l’exploitation des fabuleuses réserves de gaz du Turkménistan. Toutefois Washington ne va pas tarder à déchanter : non seulement les Taliban imposent un régime archaïque et réactionnaire unanimement décrié mais dans leurs bagages se trouve un certain Ben Laden… Autre inquiétude : la drogue. Les Taliban vont-ils, à l’imitation de leurs prédécesseurs, se servir de l’argent de l’opium ?

programmation musicale

Jan Garbarek

Raga One album: Rages et Sagaslabel: ECM Recordsparution: 1992### Shams

Qalandaram album: Fleurs d'exil (mélodies et chants d'Afghanistan)label: Harmonia Mundi/Sound of World

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.