La menace est-elle réelle ? Elle est en tout cas prise au sérieux : 20.000 homme supplémentaires vont être affectés à la sécurité et le budget total des mesures de protection va friser le milliard d’euros, alors qu’il n’avait été que de 650 millions à Sidney, en l’an 2000… Je veux parler, bien sûr, des Jeux Olympiques d’Athènes qui vont s’ouvrir au mois d’août prochain. Car, en dehors même du contexte international troublé – Irak, Afghanistan, Palestine – les Grecs ont soudain découvert le 5 mai dernier qu’ils n’en avaient pas fini avec le terrorisme. Ce jour-là, trois bombes ont explosé près d’un commissariat d’Athènes. Un attentat qui a fait peu de dégâts mais qui a réveillé la hantise du terrorisme dans l’opinion grecque. Pendant un quart de siècle, en effet, plusieurs groupes radicaux ont tué ou posé des bombes en Grèce. Jusqu’à l’arrestation en 2002 des dirigeants de l’organisation la plus importante et la plus mystérieuse – celle en tout cas qui avait fait parler le plus d’elle –, le mouvement du « 17 novembre ». Aussitôt après l’attentat du 5 mai, un nouveau groupe, « Lutte révolutionnaire » a revendiqué cette action violente et publié un communiqué rédigé dans un style que n’auraient pas renié les dirigeants d’Action directe, des Brigades rouges italiennes ou de la Fraction Armée rouge allemande. Je cite : " Tous les responsables du capital international, les assassins mercenaires planétaires, les responsables gouvernementaux, ainsi que les riches touristes occidentaux qui prévoient d'assister aux jeux sont indésirables. La transformation de la Grèce en forteresse, l'appel à l'OTAN, la présence de services secrets étrangers montrent de la manière la plus claire possible qu'il ne s'agit pas d'une célébration, comme disent les organisateurs des JO, mais d'une guerre." Bref, l’avertissement semble clair et paraît donner raison à tous ceux qui pensent que les autorités grecques ont peut-être été vite en besogne en pensant que la décapitation du mouvement du « 17 novembre » avait mis fin au terrorisme dans le pays. Et d’abord parce que le procès qui a suivi, en 2003, n’a aucunement dissipé le mystère qui plane autour de cette organisation responsable de dizaines d’attentats et d’une bonne vingtaine de meurtres.

programmation musicale

Silmaris

Va y avoir du sport album: "Vegas 76"label: East Westparution: 2000### Laurie Hesketh

Ghosts album: "Drama"label: Music Library### Mardi Gras. BB

Kung Fu Fighting label: Universal Jazzparution: 2002

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.