En décembre 1973, l’ETA assassine l’amiral Luis Carrero Blanco, alors chef du gouvernement et potentiel successeur de Franco. Le meurtre de "l’ogre", surnom donné par ses opposants, constitue l’action la plus frappante d’ETA sous l’ère franquiste. Monsieur X poursuit son récit.

Le 4 décembre 1973, l'ETA frappe un grand coup. Une puissante bombe placée sous la rue Claudio Cuello, à Madrid, fait exploser la voiture du premier ministre, l'amiral Luis Carrero Blanco, alors que celui-ci revient de la messe avec ses gardes du corps. 

Le choc est à ce point violent que la voiture de Luis Carrero Blanco, décédé sur le coup, fait plus de 30 mètres dans les airs. 

L'ETA, qui ne prévoyait à l'origine qu'enlever le chef du gouvernement, revendique cet attentat qui constitue un coup d'éclat. Le premier ministre, qui avait succédé à ce poste à Franco, toujours chef d'État, le 8 juin 1973, était considéré comme un des hommes les plus loyaux au président et un partisan des mesures répressives.

L'équipe
Contact
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.