C’est l’une des pires dictatures dans un monde qui pourtant n’en manque pas… Je veux parler du Zimbabwe, l’ancienne Rhodésie du Sud où l’ancien libérateur Robert Mugabe impose à son peuple un régime impitoyable. Mais ce chef d’Etat, mis peu à peu au ban des na-tions occidentales, n’en reste pas moins un leader estimé par beaucoup de pays africains. Et d’abord parce qu’il incarne la lutte contre l’ex-colonisateur et l’accaparement des terres par les Blancs. Toutes proportions gardées, c’est un nouveau Idi Amin Dada… L’un de ces personnages qui, à cause de ses excès, justifie à bon compte l’ostracisme occidental. Et même, osons-le dire, le racisme des Blancs. Et sans vouloir défendre Mugabe, qui ne le mérite pas, il faut bien reconnaître la responsabilité des grandes puissances, à commencer par la Grande Bretagne, qui par leur intransigeance, ont poussé progressivement le Zimbabwe à se rapprocher du camp de l’Est. Et particulièrement de la Chine, qui dans ce pays, comme en Birmanie ou au Soudan, se moque de la question des droits de l’Homme et multiplie là-bas ses activités commerciales. Mais avant d’écouter Monsieur X, un petit retour en arrière : au cours de la deuxième moitié des années 70, le pouvoir blanc rhodésien de Ian Smith doit faire face à une rébellion armée noire qui ne cesse de mon-ter en puissance et s’étend à tout le pays. Malgré l’utilisation criminelle d’armes interdites, et sous la pression de l’ONU et de la Grande Bretagne, Ian Smith recule. Fin 1979, Margaret Thatcher obtient la tenue d’une conférence constitutionnelle à Lancaster House réunissant tous les belligérants et qui débouche sur une série d’accords qui consacrent l’indépendance du Zimbabwe, le nouveau nom de la Rhodésie du Sud, après des élections au suffrage universel. C’est donc enfin la paix. Mais ces accords contiennent en eux-mêmes les futurs germes de la discorde : l’économie reste dans les mains des Blancs. 6500 fermiers peuvent ainsi continuer à cultiver 46% des terres agricoles. Cette clause est garantie par un moratoire de dix ans. La redistribution des terres ne pourra donc avoir lieu que sur la base du volontariat. Les propriétaires blancs ne partiront que s’ils le veu-lent bien. Et la Grande Bretagne se déclare garante des dédommagements qui leur seront versés et, dans ce but, met 44 millions livres à la disposition du nouveau pouvoir. Mais le système va peu à peu se gripper…

programmation musicale

Don Shtone

Am I blue album: Beware of the catlabel: Offparution: 2007### Rhythm&Sound w/Jennifer Lara

Queen in my empire album: Roots&dubslabel: Nocturne### Bob Marley

Zimbabwe album: Anthologie, vol.4 : Songs of freedomlabel: Island (Universal)

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.