"Les Cinq de Cambridge", le groupe d'espions, composé essentiellement de cinq anciens étudiants de Cambridge, travaille pour le compte de l'URSS pendant la seconde guerre mondiale et la guerre froide. Comment ces taupes, ces espions, ont-ils pu échapper à la justice ?

Portrait de John Cairncross, espion britannique pendant la Seconde Guerre mondiale, dans sa maison du Var le 18 octobre 1990
Portrait de John Cairncross, espion britannique pendant la Seconde Guerre mondiale, dans sa maison du Var le 18 octobre 1990 © Getty / Jean-Pierre Rey

"Les Cinq de Cambridge"

Le groupe d'espions est composé de Kim Philby (nom de code : Stanley), Donald Maclean (nom de code : Homer), Guy Burgess (nom de code Hicks), Anthony Blunt (nom de code : Johnson) et John Cairncross (nom de code : Liszt), le mystérieux cinquième homme.

Ils faisaient si bien leur besogne d'espions qu'ils ont fini par devenir suspects. Non pas pour ceux qu'ils espionnaient mais pour les autres, ceux pour lesquels ils travaillaient ! En effet, les informations qu'ils transmettaient étaient si importantes, si nombreuses, qu'on ne pouvait imaginer à Moscou que des espions, aussi haut placés fussent-ils, puissent accumuler autant de matériel...

Il était donc tentant de croire que ces prodigieux espions étaient en fait des agents doubles chargés d'intoxiquer le Kremlin. Et c'est ainsi qu'au beau milieu du deuxième conflit mondial, alors que ceux qu'on appelait "les cinq magnifiques" ou encore "les cinq de Cambridge" envoyaient semaine après semaine des informations essentielles pour la conduite de la guerre, Staline a failli ne pas tenir compte de ces précieux renseignements... S'il avait persévéré dans son erreur, on aurait peut-être assisté à un tournant de la guerre sur le front de l'Est...

L'espion écossais John Cairncross

Résumons ce que disait Monsieur X. lors de la première partie de cet entretien diffusé la semaine passée. L'une des cinq taupes de Cambridge, l'Écossais John Cairncross, a réussi à intégrer l'un des organismes les plus secrets de Grande-Bretagne, Bletchey Park : un laboratoire où les meilleures têtes d'oeuf du royaume déchiffrent jour après jour les communications codées des armées du III° Reich.

En 1943, plusieurs messages décryptés indiquent que l'armée allemande prépare une grande offensive pour l'été, dans la région de Koursk, en Union Soviétique... Les autorités britanniques préviennent Staline, mais sans donner aucun détail.

Cairncross, lui, envoie à Moscou l'ensemble du plan allemand. Les Soviétiques, surmontant leur méfiance vis à vis de leur source, attaquent les premiers... Des dizaines de milliers de soldats de l'Armée rouge sont ainsi épargnés et plusieurs centaines d'avions allemands sont détruits au sol. La dernière grande offensive militaire du III° Reich, sur le front de l'Est, se traduit par un échec... grâce à Cairncross !

Les "5 de Cambridge" ont donc joué un rôle éminent pendant la guerre en renseignant les Soviétiques... Une aide parfaitement désintéressée. Ils agissaient ainsi parce qu'ils étaient sincèrement communistes et n'ont jamais accepté de rétribution... Mais, après guerre, alors que le monde s'enfonce dans la guerre froide, ils continuent à travailler pour le camp de l'Est... Toutefois, ils vont les uns après les autres être identifiés par le contre-espionnage britannique.

Mais, et c'est un des grands mystères de cette affaire, aucun d'entre eux n'aura affaire à la Justice. Et il faudra attendre le début des années 90 pour que soit connu le nom du cinquième homme :  John Cairncross, justement ! 

John Cairncross, le cinquième homme

L'identité du 5ème espion de Cambridge fut très controversée puisque John Cairncross ne reconnut jamais avoir fait partie des Magnificent Five. Il y eut une foule de suppositions, certaines allant jusqu'à soupçonner le premier ministre travailliste Harold Wilson. Finalement, après la parution du livre "Le KGB dans le monde (1917-1990)" d'Oleg Gordievsky (chef de l'antenne du KGB à Londres) et Christopher Andrew (Ed. Fayard, 1990) dans lequel il est cité pour la première fois, les suspicions convergent vers Cairncross. Un paisible retraité qui finissait ses jours, tranquille, chez nous sous le soleil de Provence... et s'éteignit en octobre 1995.

▷▷▷ Aller plus loin

▷ VOIR I  Le film Imitation Game de Morten Tyldum, 2015. John Cairncross (joué par Allen Leech) est l'agent russe dans la Hut 8 à Bletchley Park que dirige Alan Turing.

📖  LIRE "Mes camarades de Cambridge" de Youri Ivanovitch Modine, éd. Robert Laffont, 1994
📖  LIRE "Tous les espions sont des princes : la véritable histoire des services secrets israéliens" Dan Raviv et Yossi Melman, éd. Stock, 1991
📖  LIRE "Le KGB contre l'Ouest (1917-1991)" de Christopher Andrew et Vassili Mitrokhine (les archives Mitrokhine), éd. Fayard, 2000

Programmation musicale

  • Di Maggio : Madame X (Wea)
  • Tindersticks : Her (Island)
  • Fila Brazillia : Ridden pony (TCD)
L'équipe
Contact
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.