Etait-ce une bavure ou une action délibérée ? Il est question ici du bombardement de l’ambassade chinoise de Belgrade lors de la Guerre du Kosovo, en 1999. Dans la nuit du 7 au 8 mai, des bombardiers furtifs B-2, arrivés tout droit des Etats-Unis, larguent trois bombes auto-guidées sur le bâtiment neuf abritant la mission diplomatique chinoise. Les dégâts sont considérables et trois citoyens chinois périssent dans les décombres. Très vite, les autorités de l’OTAN qui supervisent ces frappes aériennes sur la Serbie de Milosevic présentent leurs excuses : une erreur de cartes serait à l’origine de cette tragique erreur. Mais, naturellement, Pékin refuse cette version et évoque un crime de guerre et une action barbare perpétrée par la CIA. Alors que le président Clinton, embarrassé, exprime ses regrets sincères et adresse ses condoléances au peuple chinois et à ses dirigeants, des centaines de milliers de manifestants envahissent les rues chinoises et s’en prennent aux ambassades états-unienne et britannique. Bien évidemment, la spontanéité de ces mouvements de foule ne fait pas illusion : ces manifestations sont orchestrées par le gouvernement communiste ; de même que les attaques de hackers chinois qui ont suivi contre les sites gouvernementaux Etats-Uniens Les relations sino-américaines, déjà affectées par une récente affaire d’espionnage, sont alors au plus mal. Et il faudra plusieurs mois avant qu’elles ne s’apaisent. Mais au-delà de ces excuses et des accès de mauvaise humeur, que cache exactement cette affaire qui ne doit peut-être rien au hasard ? Dissimule-t-elle des deux côtés des objectifs inavouables ?

programmation musicale

Mars

L'heure du thé album: Dragon flylabel: Le Maquis

Mars

Tchu Dje album: Dragon Flylabel: Le Maquis

Jean-Philippe Goude

Total Balthazar album: Pour l'instantlabel: Ici d'ailleurs

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.