Inicios de la Contra 1980
Inicios de la Contra 1980 © Hansg2608 / Hansg2608

Le résumé de l’histoire, le pitch, comme on dit de nos jours, est d’une simplicité glaciale : un journaliste, après une longue enquête, publie une série d’articles fracassants. Il dénonce un authentique scandale : la compromission des services de renseignement de son pays avec des narco-trafiquants. Cette publication fait sensation. Mais bientôt, le journaliste est accusé par les plus grands médias d’avoir pris des libertés avec la vérité. Un vrai lynchage ! Sa rédaction en chef qui l’avait d’abord soutenu avec enthousiasme le lâche peu à peu. Contraint à la démission, il sombre. Et il finit par se donner la mort. Pourtant, on le sait aujourd’hui, ce journaliste n’avait rien inventé.

Telle est donc la trame d’un film américain récent, Secret d’état . Mais il ne s’agit pas d’une fiction. Le journaliste,Gary Webb , a réellement existé et il s’est vraiment suicidé en 2004.

Si Monsieur X a décidé de me raconter cette histoire, c’est qu’elle jette une lumière crue surle fonctionnement de la plus grande démocratie du monde , comme on l’habitude de dire… Pourquoi la minutieuse enquête de Gary Webb n’a-t-elle pas provoqué un véritable séisme aux états-Unis. Alors même que le journaliste mettait en évidence que les activités criminelles de la CIA étaient directement responsables de l’épidémie de drogue qui avait submergé la côte ouest dans les années 80 et surtout sévi dans la population afro-américaine. Et si la grande presse n’avait pas suivi et avait même fini par pilonner le travail du journaliste, était-ce seulement parce qu’au même moment il n’était question que des exploits sexuels de Bill Clinton avec une stagiaire de la Maison Blanche ? Un rideau de fumée ou la volonté d’étouffer à tout prix un scandale dévastateur ?

Pour aller + loin :

Dans la grande tradition du film américain dénonçant les sales affaires de la CIA, courez voir le palpitant «Secret d’Etat » - en Anglais« Kill the Messenger » - sorti sur les écrans français à l’automne dernier, et inspiré de l’histoire de Gary Webb. Un film de Michael Cuesta, avec le très inspiré Jeremy Renner dans le rôle-titre.

Un bémol cependant dans leWashington Post pour qui le film offre une version fantasmée et trop manichéenne de l’affaire : le journaliste-justicier seul contre tous. L’article pointe des erreurs et des raccourcis dans l’enquête de Webb même s’il reconnait la qualité de ses révélations. A noter que le Washington Post fut l'un des premiers à attaquer les articles de Webb en 1996...

Les liens

Gary Webb was no journalism hero, despite what ‘Kill the Messenger’ says Un article de Jeff Leen dans le Washington Post du 17 octobre 2014

Les articles de Gary Webb d'août 1996 dans le San Jose Mercury News

Mille fois plus énorme que le Watergate et pourtant passé sous le radar… Un article de Paul Moreira sur l'affaire Gary Webb, décembre 2014. Moreira, auteur d'un excellent "90 minutes" sur Canal+ en 2005 sur le même sujet : CIA et cocaïne : l'enquête à haut risque

From Gary Webb to James Risen: The struggle for the soul of journalism

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.