La scène est surprenante ! A l’intérieur d’un studio improvisé planté sur une colline au beau milieu d’un bidonville de Caracas, le présentateur tient l’antenne pendant des heures. Avec une extraordinaire aisance, il mélange propos politiques et anecdotes plaisantes. A plusieurs reprises, le public qui se trouve devant lui éclate de rire. Par exemple lorsqu’il raconte comment il a réussi un jour à faire chanter Fidel Castro : « C’est fou ce qu’il peut chanter faux ! » Puis il prend une téléspectatrice au téléphone. Une femme d’origine modeste. Elle raconte sa vie, ses espoirs, ses déceptions. Il répond, la réconforte, termine la conservation en lui envoyant un baiser. Et le show continue. Il se tourne vers les hommes qui l’entourent. Ce sont des ministres. Familièrement, il leur demande de parler de leur travail et de leurs projets… Ensuite, il téléphone en direct à un chef d’Etat sud-américain, échange quelques plaisanteries avec lui. Six heures et demi après le début de l’émission, il en termine sous les applaudissements enthousiastes du public. Suit un bain de foule où il serre d’innombrables mains, embrasse des vieilles femmes, prend des enfants dans ses bras. Scène surprenante, disais-je… Oui, car ce présentateur de télévision aux allures de rock-star n’est autre que le président du Venezuela, Hugo Chávez. Et son émission, « Aló presidente » est diffusée en direct dimanche après dimanche. Enfin, elle était diffusée… Car, depuis le putsch raté d’avril dernier, Chávez a renoncé à ce show télévisé hebdomadaire… « El loco », le fou, comme on l’appelle dans la bonne société vénézuélienne, a diminué le nombre de ses apparitions sur la télévision publique vénézuélienne. Monsieur X, vous l’avez compris, a choisi cette semaine de me parler de ce personnage hors du commun qu’on a essayé récemment d’éliminer et qui, malgré son retour triomphal au pouvoir, demeure menacé. Un personnage, disons-le tout de suite, qui irrite beaucoup de monde. Et, en premier chef, les dirigeants des Etats-Unis d’Amérique. Les Etats-Unis qui ne sont peut-être pas étrangers à la tentative de putsch du printemps dernier…

programmation musicale

Philippe Prohom

"Le miroir et moi" label: Polydor### Terrestre (Aldo Romano)

"El lado oscuro de mi compadre" label: Wagram (3076352)### Ibrahim Ferrer/Rafael Hernandez

"Silencio" label: World Music

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.