Le Che est mort alors qu'il tentait, en vain, d'exporter la révolution Cubaine dans toute l'Amérique Latine... Que s'est-il passé exactement en Bolivie, à la Higuera, là où Che Guevara a été capturé et exécuté le 9 octobre 1967 ?

Ernesto Che Guevara — Museo Che Guevara - Domaine Public
Ernesto Che Guevara — Museo Che Guevara - Domaine Public © Alberto Korda

C'est dans ce monde souterrain des services secrets et des officines occultes, c'est dans ce milieu des coups bas, des manipulations et des mystifications qu'il faut chercher l'explication de la mort du révolutionnaire.

Les circonstances précédant la fin de la vie de Che Guevara

En 1965, le Che se sépare de son compagnon d'armes, Fidel Castro, et disparaît aussitôt après avoir quitté Cuba. Lui qui a exercé les plus hautes fonctions ministérielles dès la victoire de la Révolution Cubaine, désire soudain retourner à la base, sur le terrain, au coeur de ces mouvements de libération qui luttent contre l'impérialisme. C'est le moment où il lance son célèbre slogan : 

Créer deux, trois... de nombreux Viêt Nam, telle est la consigne

L'instrument de cette nouvelle politique est une mystérieuse organisation, la tricontinentale, qui regroupe les leaders de ces mouvements de libération. Et parmi eux, Mehdi Ben Barka qui trouvera la mort en France dans les circonstances étranges que l'on connaît.

Aujourd'hui on le sait, le Che, accompagné de quelques Cubains, va d'abord au Congo. C'est la guerre. Le dirigeant Patrice Lumumba a été assassiné. Le sécessionniste Moïse Tshombé, soutenu par les Belges, essaie de régner sur le Katanga, la province la plus riche du Zaïre. Mais déjà Mobutu, armé et porté par les Américains, entreprend la conquête du pays. Que peuvent les révolutionnaires, les anciens compagnons de Lumumba ? Ils sont divisés, peu motivés et bien plus intéressés par les pillages, l'alcool ou les femmes que par la révolution. Le Che se rend compte très vite qu'ils sont incapables de lutter contre Mobutu.

C'est certainement une grande déception pour lui. Malade, désabusé, il part. On retrouve sa trace à Prague où il se soigne et de nouveau, il s'évanouit dans la nature. Jusqu'au jour où des guérilleros boliviens, déserteurs, capturés par l'armée locale annonceront sa présence en Bolivie, présence qui sera confirmée par le Français Régis Debray lorsqu'à son tour, l'écrivain tombera entre les mains de l'armée bolivienne.

La vérité sur l'assassinat de Che Guevera

  • Fidel Castro aurait-il laissé tomber le Che ?

On aurait pu penser que Castro s'était débarassé d'un compagnon un peu trop encombrant. Encombrant parce que Guevara était à ce moment là le plus populaire des dirigeants de La Havane. C'était un type infatigable, il était partout, sur tous les fronts et s'impliquait aussi personnellement. Il se moquait totalement du protocole, ne mâchait pas ses mots et en plus, il était beau !

Castro pouvait voir en lui un rival, mais le Che se foutait totalement du pouvoir. Castro le savait bien. En fait, les deux révolutionnaires ont décidé en quelque sorte de se partager le travail : à Fidel Castro, le soin de poursuivre la construction du socialisme à Cuba, au Che, la tâche d'exalter dans le monde entier la lutte révolutionnaire. Voilà la vérité, on exclut donc Castro.

Dans ces années-là, tous les services s'intéressaient à Guevara. Il est entré en Bolivie à la fin de l'année 1966 complètement métamorphosé puisqu'il était chauve, portait des lunettes et avait de faux papiers. Il s'est présenté à l'aéroport de La Paz comme fonctionnaire argentin de l'Organisation des États américains, puis il a passé les services de police sans aucun problème avant de rejoindre le maquis.

  • Pourquoi Che Guevara a-t-il choisi la Bolivie ?

"Il y a plusieurs raisons : l'Amérique latine est un objectif essentiel pour les révolutionnaires cubains, ce pays est également un carrefour qui përmet de gagner facilement les autres Etats de la région, donc de provoquer une contagion de la guérilla, mais aussi de regrouper les guérilleros des territoires voisins et puis la Bolivie, c'est symbolique, porte le nom du grand libérateur de l'Amérique latine, Bolívar. C'est aussi une dictature militaire soutenue par les Etats-Unis, et la Bolivie est le pays qui compte le plus d'Indiens. Pour le Che, cela a dû vraiment compter."

  • Qui étaient ses véritables assassins ? Qui avait intérêt à faire disparaître le Che ?

La CIA est aux aguets depuis qu'il a disparu. Le Che est introuvable, mais la lumière va venir de l'Est... de Moscou, parce que Guevara est un gêneur, il faut s'en débarasser. Les dirigeants de l'URSS ne pouvaient pas accepter que Guevara mette en cause leur politique. 

C'est Moscou qui a envoyé le Che à la mort. Il y a cette rencontre avec une belle mystérieuse jeune femme, "Tania". C'était un agent de Moscou, en 1966-1967, elle était en Bolivie. L'ennemi n'est plus le même, Moscou a trouvé : ce seront les hommes de la CIA

On s'arrange pour piéger le Che dans une région hostile et on fait savoir à Washington qu'il est en Bolivie. La CIA se déchaîne, envoie les bérets verts et la traque commence. Ce ne sont pas des américains qui l'ont tué mais des hommes formés par la CIA. Il est capturé dans la région de Valle Grande lors d'un affrontement avec l'armée bolivienne qui l'exécute sommairement le 9 octobre 1967 sous les ordres de la CIA. Il a 39 ans.

Che Guevara est mort, la légende commence...

« Surtout, soyez toujours capables de ressentir au plus profond de votre coeur n'importe quelle injustice commise contre n'importe qui, où que ce soit dans le monde. C'est la plus belle qualité d'un révolutionnaire. » (Ernesto "Che" Guevara)

Programmation musicale
L'équipe
Contact
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.