François Duprat, 37 ans, un des leaders du Front National et conseiller influent de Jean-Marie Le Pen, est tué le 18 mars 1978 dans l'explosion de sa " GS Citroën " sur la Nationale 182, entre le Trait, où il habitait et Caudebec-en-Caux, où il enseignait l'histoire. Une personnalité qui comptait dans la nébuleuse de l'extrême droite où il avait fréquenté à peu près tous les mouvements avant de rejoindre le Front National créé par Le Pen. A-t-il été, comme l'affirme Le Pen, victime des " marxistes révolutionnaires ", de ce " commando du souvenir " ou de ce " Groupe révolutionnaire ", qui ont successivement revendiqué l'attentat dans les jours qui ont suivi ? D'après Monsieur X, Duprat n'était peut-être pas seulement ce militant exalté et extrémiste…. Et c'est dans les nombreuses zones d'ombre de sa vie qu'il faut chercher le secret de sa mort.

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.