Exceptionnellement, vous pouvez à nouveau (ré)écouter cette émission en intégralité :

Enfin ! J’attendais depuis longtemps que Monsieur X ouvre ce délicat dossier : celui des Frégates de Taïwan, comme on le nomme communément. Une affaire particulièrement emblématique des mœurs politiques et industrielles des dernières années et qui a mis en lumière un formidable système de corruption : celui des rétrocommissions. Je résume à grands traits : à l’occasion d’une importante vente de matériel à l’étranger, souvent du matériel militaire, sont versées des commissions à des intermédiaires qui ont apparemment joué un rôle dans l’attribution du marché et qui rétribuent à leur tour les autorités politiques du pays acheteur. Une corruption assez classique. Mais en retour, ces mêmes intermédiaires reversent une partie de leurs gains aux donneurs d’ordre français qui ont initié la vente ; c’est ce qu’on appelle les rétrocommissions… On en a récemment beaucoup parlé à propos de l’attentat de Karachi et de la vente de sous-marins au Pakistan : selon l’avocat des familles des victimes de l’attentat, Jacques Chirac, soupçonnant des rétrocommissions d'alimenter la campagne électorale de son rival Edouard Balladur, aurait décidé, dès son accession à la présidence de la République de fermer le robinet des commissions qui restaient à verser. Mais du même coup, il aurait suscité la colère des décideurs pakistanais corrompus. Et ceux-ci, pour se venger, auraient commandité cet attentat où une dizaine de nos compatriotes ont trouvé la mort. Un système semblable de corruption a donc été mis en place lors de la vente, en 1991, de six frégates ultramodernes à la marine de Taïwan. Et les points de comparaison entre les deux affaires sont nombreux : à commencer par l’existence du même fournisseur d’équipement militaire, la DCN, Direction des Constructions navales, et surtout l’utilisation abusive par les gouvernements successifs de gauche et de droite du « secret-défense » pour dissimuler quelques vérités dérangeantes. Et si, dans le ténébreux dossier des frégates de Taïwan, on ne trouve nul attentat, il faut quand même souligner que ses divers développements ont causé directement ou indirectement la mort d’une demi-douzaine de personnes… C’est d’ailleurs par la relation des circonstances de l’une de ces morts très suspectes que Monsieur X a choisi de commencer ce nouvel entretien…

programmation musicale

Miro

Corruption album: En plein vollabel: Inca Productionparution: 2003

Christine Ott

Pensées sauvages album: Solitude nomadelabel: Mon slipparution: 2009

Christine Ott

Tropismes album: Solitude nomadelabel: Mon slipparution: 2009

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.