Il avait constitué une petite entreprise familiale… Et, comme dans la chanson de Bashung, cette petite entreprise ne connaissait pas la crise… bien au contraire ! Les dollars arrivaient par milliers… jusqu’à ce jour de 1985 où, à la suite de la trahison d’un membre de la cellule familiale, tout s’est écroulé… À ma connaissance, dans l’histoire de l’espionnage, le cas de la famille Walker est unique. Unique aussi la masse de renseignements, plus d’un million, que cette entreprise familiale, nichée au sein de la marine états-unienne, a transmise au KGB contre de solides rétributions. Sa situation était si prospère que John Anthony Walker, le chef de famille, a pu envoyer benoîtement à ses employeurs soviétiques la note suivante : "Aucun des membres de l'organisation ou futur membre n'a les problèmes qui sont la plaie habituelle de ce type de business : drogue, alcool, homosexualité. Nous sommes tous psychologiquement sains et matures. Et l'organisation a la capacité de blanchir les fonds que vous nous adressez !" La semaine passée, Monsieur X a brièvement évoqué John Walker et son rôle dans l’affaire du naufrage du sous-marin soviétique, K129. Je résume : à Moscou, en 1968, quelques hauts dirigeants communistes proches du KGB auraient mis sur pied un plan machiavélique destiné à provoquer un conflit entre les deux meilleurs ennemis de l’URSS, les Etats-Unis et la Chine… Pour ce faire, ils auraient imaginé d’utiliser un sous-marin soviétique déguisé en submersible chinois… A portée de la base américaine de Pearl Harbour, un missile nucléaire aurait alors été tiré. Mais la fusée se serait autodétruite car les comploteurs ne connaissaient pas la totalité du protocole à respecter avant le lancement d’un tel engin nucléaire. Et l’explosion aurait entraîné le naufrage du K129. Tant à Washington qu’à Moscou, cette effrayante histoire a été étouffée. Mais les Américains, qui ont récupéré une partie de l’épave du K129, aurait découvert le fin mot de l’histoire… Une vérité rigoureusement tenue secrète jusqu’à aujourd’hui malgré quelques fuites dans la presse. Quant à l’intervention de Walker, elle aurait constitué à informer le KGB que Washington s’attendait à être attaqué par la Chine. Munis de cette précieuse information, les félons du Kremlin seraient donc passés à l’action en escomptant que leur action criminelle serait aussitôt attribuée aux Chinois. Mais, nous allons le voir avec Monsieur X, la capacité de nuisance de Walker est allée bien au-delà…

programmation musicale

John Collins & Mark Harrison

Confusion album: Nightmare zone 2label: De Wolfe

Alain Bashung

Ma petite entreprise album: la tournée des grands espaceslabel: Barclayparution: 2004

David Hubbard

Abyss album: Nightmare Zone 2label: De Wolfe

John Collins & Mark Harrison

Slow death album: Nightmare zone 2label: de Wolfe

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.