Le soir du 3 décembre 1973, un dessinateur et administrateur de l’hebdomadaire du Canard Enchaîné, passe devant les nouveaux locaux de l'hebdomadaire, y aperçoit de la lumière et sur place, deux "plombiers" en pleins travaux. C'est le début du "Canardgate".

Des plombiers qui sont en réalité des agents de la DST occupés à installer des micros dans les bureaux pour identifier les personnes communiquant des informations sensibles au Canard enchaîné.

Malgré des preuves apportées surtout par le Canard lui-même (les plaques d'immatriculation maladroitement camouflées des véhicules des plombiers prouvent que ceux-ci appartiennent aux services de police), la DST nie les faits. Un procès est ouvert, qui donnera raison à l'administration française.

Programmation musicale
L'équipe
Contact
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.