Comment a-t-il été capturé ? Y a-t-il eu marchandage avec les autorités soudanaises ? Et si oui, qu’a-t-on offert à Khartoum pour obtenir la livraison de Carlos en août 1994, le terroriste le plus recherché des décennies 70, 80 et 90 ? La question est très controversée, très polémique et cache une vérité très dérangeante. Monsieur X poursuit donc son récit consacré à Carlos, de son vrai nom Illitch Ramirez-Sanchez. Un citoyen vénézuélien, issu d’une famille aisée, qui a rapidement décidé d’épouser la cause palestinienne et rejoint un des groupes les plus radicaux, le FPLP, Front Populaire pour la libération de la Palestine. Un pied dans la révolution, un autre dans le luxe, comme l’a écrit une journaliste, Carlos multiplie assassinats et attentats et frappe particulièrement la France. En juin 1975, à la suite d’une manipulation vraisemblablement fomentée par les services israéliens selon Monsieur X, le terroriste abat deux policiers de la DST, notre service de contre-espionnage. Auparavant, il a été l’un des organisateurs de la prise d’otages perpétrée dans l’ambassade française de La Haye. Et, pour mettre la pression sur les autorités françaises, il lance une grenade dans le Drugstore Saint-Germain, tuant deux personnes. Ces exactions expliquent pourquoi la capture de Carlos devient une priorité pour la police française et les services de renseignement… Ensuite, Carlos est l’un des maîtres d’œuvre d’une autre prise d’otages spectaculaire lors d’une réunion des ministres de l’OPEP… Mais peu à peu, l’aventurisme de Carlos, ses imprudences et son inextinguible soif d’argent font que ses liens avec les dirigeants du FPLP se distendent. Et à la fin des années 70, Carlos décide d’agir pour son propre compte. Mercenaire, il vend ses services. Mais pas à n’importe qui ! Fidèle à ses engagements marxiste et anti-impérialiste, il ne travaille que pour les Etats arabes et de plus en plus fréquemment pour le camp de l’Est où il réside désormais. Mais n’a-t-on pas prétendu qu’en réalité Carlos était un agent des services soviétiques ?

programmation musicale

Oi Va Voi

Yuri label: V2 Records Internationalparution: 2007### Devotchka

You love me album: How it endslabel: Cicero Recordingsparution: 2007### liens

Le site du film de Barbet Shroeder sur Jacques Verges : L'avocat de la terreur

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.