Jean Seberg et Romain Gary
Jean Seberg et Romain Gary © corbis

Un corps en décomposition enveloppé dans une couverture et déposé sur la banquette arrière d’une petite Renault stationnée dans une rue de Paris… Ainsi a fini l’actrice Jean Seberg, la mystique Jeanne d’Arc d’Otto Preminger ou la radieuse vendeuse de journaux américains d’à bout de souffle de Jean-Luc Godard.

Le 10 septembre 1979, deux jours après la découverte de la dépouille de son ex-femme, l’écrivain Romain Gary convoque une conférence de presse. Il met en cause le FBI américain qui, à force de harceler et même calomnier Jean Seberg, serait directement responsable de sa mort. Pourquoi ? Pour la punir de son action militante en faveur du mouvement noir aux états-Unis…

L’actrice se serait donc suicidée pour en finir avec cette hostilité de l’agence fédérale américaine.

Ci-dessous un document extrait des archives déclassifiées du FBI qui présente Jean Seberg comme un soutien dangereux du parti des Black Panthers (BPP) :

A COINTELPRO document outlining the FBI's plans to 'neutralize' Jean Seberg for her support for the Black Panther Party, 1970
A COINTELPRO document outlining the FBI's plans to 'neutralize' Jean Seberg for her support for the Black Panther Party, 1970 © Richard W. Held / Richard W. Held
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.