Et si Pablo Neruda, le plus grand poète chilien, avait été assassiné ? Si sa mort semblait naturelle et que les preuves d'un meurtre restes minces, nombreux autres faits accréditent le soupçon.

Cela se passe une dizaine de jours après le coup d'état de Pinochet. Le poète était malade et sa mort, à 69 ans, semblait naturelle. Cependant, son chauffeur ne cesse depuis 40 ans de dénoncer ce qu'il considère être un crime en rapportant des éléments troublants. 

Neruda était la bête noire des putschistes chiliens qui s'étaient emparés du pouvoir le 11 septembre 1973, à cause de sa popularité. Ce n'est pas un hasard si, aussitôt après le coup d'Etat, des militaires et des miliciens du parti d'extrême droite "Patrie et Liberté" se sont attaqués à la maison que le poète possédait à Santiago et l'ont saccagée. 

Ce qui inquiétait les nouveaux maîtres du pays, c'était l'audience de Neruda, réfugié à l'étranger, le prix Nobel pouvait devenir un symbole de la résistance, le porte-parole de l'opposition démocratique. 

Programmation musicale
L'équipe
Contact
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.