Le mot écorche leurs oreilles et surtout celles de leurs patrons : mercenaire ! Un mot qui sent le soudard, le chien de guerre sans foi ni loi… Non, ils préfèreraient qu’on les appelle comme aux Etats-Unis « contractors », c’est à dire « contractants » ou « contractuels »… Un mot plus policé mais une même réalité : ces paramilitaires, des civils recrutés par des sociétés commerciales, sous contrat avec une armée, et qui remplissent des fonctions ressortissant du métier militaire, sont bel et bien des mercenaires… par définition. Si Monsieur X a décidé d’en parler aujourd’hui, c’est que ces soldats privés, ces soldats de fortune comme on disait autrefois, sont de plus en plus nombreux de par le monde… Et d’abord sur les principaux points chauds actuels, Irak et Afghanistan où ils font jeu égal en nombre avec les combattants officiels… Mais on les trouve aussi sur d’autres théâtres d’opération où ils assurent la sécurité de militants d’ONG, de diplomates ou de travailleurs expatriés… Et certains verraient bien ces nouveaux Rambos remplacer les Casques bleus trop souvent inexpérimentés car issus d’armées de pays pauvres mal équipées. Cette tendance à la privatisation ne va pas sans inquiéter. Non seulement parce que ces mercenaires sont à l’origine de nombreuses bavures meurtrières mais aussi parce que la guerre devient un enjeu commercial et que, logiquement, les dirigeants et les actionnaires de ces entreprises privées ne poursuivent qu’un seul objectif : gagner de l’argent ! Toujours plus d’argent. De là à imaginer qu’ils ont intérêt à prolonger les conflits, il n’y a pas loin… Enfin, et ce n’est pas le moindre danger, ces sociétés essentiellement anglo-saxonnes pour l’instant, sont aussi constituées en puissants lobbies qui tentent d’influencer la politique des Etats qui les emploient. C’est d’autant plus facile qu’elles phagocytent également peu à peu le monde du renseignement. Aux Etats-Unis, un spécialiste a même affirmé récemment que le rapport ultra-secret de la CIA remis chaque matin au président américain était en partie rédigé par des analystes privés.

programmation musicale

Eric Neveux

La traque album: Persecution (BOF)label: Unkle Productionsparution: 2009

Eric Neveux

le chantier de Daniel album: Persecution (BOF)label: Unkle Productionsparution: 2009

Jacques brel

La colombe album: La valse à mille tempslabel: Barclayparution: 1988

liens

Wikileaks publie 390.000 documents sur la guerre en Irak

Le rôle ambigu des mercenaires en Irak

L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.