Politique et gangstérisme ont trop souvent fait bon ménage. Aux Etats-Unis, d’abord. Difficile d’oublier par exemple que Kennedy doit son élection au soutien de la Mafia qui a fait voter démocrate dans certains secteurs de Chicago qu’elle contrôlait… Kennedy qui, ensuite, a peut-être été victime de cette même Mafia qui lui a reproché de manquer de reconnaissance. Mais il faut aussi songer à l’Italie où les mafias, sicilienne, napolitaine ou calabraise, ont largement infiltré la Démocratie chrétienne et se sont parfois acoquinées à l’extrême droite pendant les « années de plomb »… En Belgique également, la mystérieuse affaire des « Tueurs fous du Brabant », toujours non résolue, a vraisemblablement des relents politiques. Et en France ? Il n’en pas été autrement. Souvenons-nous de l’affaire Ben Barka où des truands notoires ont joué le rôle que l’on sait. Ou encore du SAC gaulliste qui n’a jamais hésité à recruter des gros bras dans la pègre. Et puis il y a les Guerini. Un clan de caïds corses qui a longtemps tenu le haut du pavé à Marseille et qui a joué un rôle politique important dans l’histoire de la cité phocéenne. Une histoire obscure que Monsieur X a choisi de raconter cette semaine. Une saga où l’on va découvrir aussi que les services secrets n’ont pas été étrangers à l’ascension des frères Guerini…

programmation musicale

Instru : BOF de "Monsieur Batignolle"

Frehel

C'est un mâle ### Fernandel

Un dur, un vrai, un tatoué

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.