C'est l'histoire vraie d'un vaisseau-fantôme. Une histoire abracadabrantesque, pour reprendre un célèbre adjectif présidentiel !

Oeuvre d'art représentant le navire maritime "Artic Sea" exposée à la Maison centrale des artistes à Moscou, 24 septembre 2009.
Oeuvre d'art représentant le navire maritime "Artic Sea" exposée à la Maison centrale des artistes à Moscou, 24 septembre 2009. © AFP / Dmitry Kostyukov

Au cours de l'été 2009, l'Arctic Sea, un cargo battant pavillon maltais mais appartenant à un armateur russe, aurait subi deux attaques de pirates après son départ de Finlande, avant de disparaître des écrans radar au large du golfe de Gascogne. 

Aussitôt, les forces de l'OTAN sont placées en état d'alerte. Puis, une véritable armada de bâtiments de la marine russe s'étant mise à ses trousses, l'Arctic Sea est retrouvé et intercepté près des îles du Cap-Vert. Quelques membres de son équipage et les pirates ont alors été transférés en grand secret à Moscou où ils ont été jugés puis libérés après avoir juré de garder le silence sur leur aventure !

Il faudrait aussi ajouter que tout de suite après l'intervention de la marine russe, le président israélien, Shimon Peres, a éprouvé le besoin de se rendre de toute urgence en Russie pour s'entretenir avec son homologue, Dimitri Medvedev...

Alors, bien sûr, on s'est interrogé sur la nature de la cargaison de ce navire. Que contenaient donc les soutes de l'Arctic Sea pour déclencher une telle mobilisation ? Officiellement, le cargo ne transportait que des grumes. Mais officieusement, on a parlé d'armes, de missiles dernier cri destinés à l'Iran... 

Et qui étaient les mystérieux pirates ? De banals gangsters ? Ou bien plutôt des membres du service action d'un service secret ?

Programmation musicale

  • Slumb / CW Jones   Come & Get it
  • Zoltan Kocsis   No.125 Boating   

LIRE   📖

 

L'équipe
Contact