Cap sur le Finistère, à Douarnenez, le port breton marqué par la tradition de la pêche à la sardine. Nous sommes au milieu du marché de Tréboul, un quartier de Douarnenez.

Nous voici dans le Finistère, au port de Douarnenez
Nous voici dans le Finistère, au port de Douarnenez © AFP / MATTES René / hemis.fr

Bienvenue sur la place du marché de Douarnenez, nous sommes au sud du Finistère. 

Comme tous les mercredis, les douarnenistes et les touristes, se retrouvent dès potron minet pour papoter, boire un verre, débattre autour du nouveau gouvernement, acheter des poissons encore tout frétillants. 

Au marché de Douarnenez, dans le Finistère
Au marché de Douarnenez, dans le Finistère © Radio France / France inter

Au loin, on voit les bateaux, et au-dessus de nos têtes, il y a ces anciennes maisons de pêcheurs. On est dans le plus grand port sardinier de France ! 

Cap sur le Finistère, au port breton de Douarnenez
Cap sur le Finistère, au port breton de Douarnenez © Radio France / France Inter

Nous sommes aussi dans une petite capitale du cinéma, Le Festival du film de Douarnenez, c’est une équipe de choc qui fait pousser la culture, qui crée des emplois dans la région et des vocations. Sur cette place du marché, on va faire la fête à la sardine et au cinéma . On va déambuler dans ce pays, avec des gens d’ici : une employée de la conserverie Chancerelle, la plus ancienne conserverie de sardines du monde, Alain le Doiré, qui connaît tout sur l’histoire de ces conserveries et de ces luttes ouvrières. On parle cinéma local et poésie, avec Yoann Barbereau et Erwan Moalic. On écoute aussi un morceau de harpe joué par Elisa Vellia. 

Cap sur le Finistère, au port breton de Douarnenez
Cap sur le Finistère, au port breton de Douarnenez © Radio France / France inter

Invités 

  • Erwan Moalic Créateur du festival de cinéma de Douarnenez 
  • Alain le Doaré Historien, enseignant, collecteur, conférencier, commissaire d'exposition, il est l'un des spécialistes reconnus de l'histoire du patrimoine maritime en Bretagne. Auteur de : "Au nom de la conserve. Chancerelle" sur la plus vieille conserverie de sardines du monde, celle de Douarnenez, et a créé le musée de la conserverie. On peut trouver l’ouvrage à la librairie l’Ivraie, rue Voltaire, à Douarnenez, ou chez Thierry Lucas, à la boulangerie des Plomarc’h, à Douarnenez.
  • Irène Normant : Employée de la conserverie Chancerelle depuis 34 ans - par ailleurs composée à 80% de femmes - elle a connu tous les postes dans l’entreprise, de l’étripage à l’empaquetage, en passant par l’emboitage et le sertissage. Un métier froid, difficile, où l’on rentre chez soi imprégné d’une odeur de poisson... ou pas, si l’on a la main. Elle nous explique ses secrets et pourquoi elle est passionnée par son métier. 
  • Mickaëlle Jadé Présidente du comité d’organisation des Gras des Douarnenez, une fête annuelle, le carnaval où les hommes se déguisent en femme. 
  • Yoann Barbereau, Ancien directeur de l'Alliance française d'Irkoutsk en Russie, emprisonné en Russie, et installé à Douarnenez depuis son retour en France en novembre 2017.  Il participe sur place à la création d’une maison de la poésie, dans le fief du mythique Georges Perros. 
  • Musique avec Elisa Vellia, Chanteuse, harpiste, auteur-compositeur. Elle est née en Grèce, sur l'île de Corfou, elle a pris sa harpe pour nous jouer un morceau. 
  • APERO : La spécialité de Douarnenez, c’est le Kouign amann ! On dit que le meilleur de la ville se fait à la boulangerie des Plomarc’h, 
L'équipe
Contact
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.