Nous sommes sur le marché de Aire-sur-l'Adour, au cœur du Sud Ouest à la croisée des foies gras, des chants de maÏs et des chants de Gascons, le long de l’Adour aussi verte que les vignes des coteaux.

Le marché d'Aire sur Adour
Le marché d'Aire sur Adour © Radio France / Marion Philippe

Bienvenue à Aire-sur-l’Adour, nous sommes à la lisière du Gers et des Landes ici sous l’ancienne halle aux grains, on s’est installé chez Maryse au café de la Paix. 

Aire-sur-l’Adour est une des villes les plus anciennes du département. On raconte que des Celtes lui on donné son nom : Atura : un peuple aquitain proto basque issu des Tarusates. Quand on habite là on est de la vallée du Tursan. Et pour les végétariens, ce pays c’est Satan. Mais tout change, on apprend à vivre avec son temps, à modifier ses habitudes. Ce n’est pas toujours facile pour les agriculteurs de s’adapter, de transformer les manières de faire, de travailler et de penser. Hier un paysan m’a dit « Oh avec mes frères quand on était petit à la ferme, on a été élevé au glyphosate, on crevait l’œil du lapin et on gavait les oies sans leur demander leur avis » Nous ce qu’on adore dans l’Adour, c’est qu’on a le verbe haut et le cœur tendre comme celui d’un canard. C’est un pays costaud mais sensible, plein de contradiction. Avec passion sur cette place du marché, avec nos invités, on va dézinguer les frelons, boire de l’Armagnac, chevaucher le taureau ...

Invités : 

- Etienne Roumaillac, chasseur de frelons asiatiques 

-Jérôme Saubouas, a du arrêter son activité d'exploitant agricole

-  Christian Bidot, président  du  Choeur d'hommes de Gascogne

et Charles Latterade, choriste

- Roland Bruno  historien de la tradition taurine et Yanis Djeniba, torero

- Maryse Lafont, la patronne du Café de la paix 

L'équipe
Contact
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.