De son passé minier à la transition écologique, Loos-en-Gohelle est une véritable ville résiliente du Pas-de-Calais, dans les Hauts-de-France. Alors, de la terrasse du restaurant "Ménadel et Saint-Hubert", Rendez-vous place du marché s'habille en vert !

Rendez-vous Place du Marché à Loos-en-Gohelle
Rendez-vous Place du Marché à Loos-en-Gohelle © Radio France / Théo Denmat/France Inter

Ce qui étonne quand on se rend en voiture à Loos-en-Gohelle, c’est qu’on l’aperçoit à des kilomètres… Ou plutôt, on voit ce qui la symbolise : les terrils, ces immenses collines de résidu minier qui surplombent la ville. Ce sont les plus grands d’Europe et ils sont comme un phare pour les étrangers qui cherchent à s’y rendre. Quand on gravit ces tonnes de poussière de charbon, on pense au labeur de tous ces mineurs. Le sommet du terril offre, lui, une vue imprenable sur la  région. On découvre les étendues de champs et le mémorial canadien. 

Loos-en-Gohelle est une petite ville résidentielle avec encore de  nombreuses maisons en briques rouges, typiques des anciens logements miniers, et l'on est placé ce matin de jeudi 30 juillet 2020, sur le parking de la mairie, au milieu du marché d'une dizaine d'exposants.

Invités : 

  • Dominique Hays : Responsable du restaurant "Ménadel et Saint-Hubert", il nous accueille dans ce vieux restaurant sur la place principale de la petite ville, reconverti en restaurant solidaire qui vise à l’autonomie alimentaire. 
  • Aude Messuwe  de l’association de solidarité et environnementale, Les Anges Gardins sur le bassin minier, elle travaille pour l'insertion, l'éducation permanente et le développement de nouvelles pratiques sociales et d'activités liées à l'alimentation. 
  • Francis Maréchal : Adjoint au maire délégué aux travaux, il vient nous parler des actions menées par le maire, Jean-François Caron, en matière de transition écologique et de démocratie participative. Loos-en-Gohelle, ville résiliente du bassin minier, a subi une véritable mutation, à la suite de la crise de la fermeture des mines dans les années 1970 et 1980, et se réinvente par la volonté d’un projet politique en faveur de l’écologie qui implique les habitants.
  • Pierre Dusart : Responsable de l’EPAL, l’école de production Automobile de Lens, qui intègre des élèves décrocheurs et leur apprennent la mécanique automobile. Benjamin, 18 ans et élève dans cette école, est aussi de la partie.
  • Le chansonnier RV

Séquence Apéro

Jean-Paul Eslan, kinésithérapeute, nous a apporté « le Pâté des Rois », un plat traditionnel de la région qui se partage historiquement en famille et entre proches à l’Épiphanie. Et rendons à César ce qui est à César : le pâté a été préparé par sa femme !

Programmation musicale
  • BERTRAND BELINMODULE SCENE FRANCAISE LONG
L'équipe
Contact
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.